Wiki Les Nombrils
Advertisement
Wiki Les Nombrils

Vicky est l'une des trois protagonistes des Nombrils.

C'est elle qui orne la tranche de la couverture du tome 2 : Sale temps pour les moches. Son prénom complet est Victoria, mais seules sa grand-mère maternelle et son ex-amie Gabrielle l'appellent ainsi.

Apparence[]

Vicky est une adolescente à peau mate (elle est métisse) aux yeux bleus et aux cheveux châtain et bouclés, qu'elle noue toujours avec un bandana rouge, laissant juste s'échapper deux mèches devant les oreilles. Elle porte habituellement des vêtements courts, un pantalon noir et un haut bleu vif qui laisse voir son nombril (à col roulé dans les premiers albums, à fines brides dans les suivants), des talons aiguilles et un maquillage très marqué. Tout comme Jenny, elle a un piercing au nombril et un autre à la langue, et son string dépasse du pantalon. A partir du tome 8, elle modifie légèrement son look, les cheveux sont désormais lâchés ; le haut est asymétrique et comprend des manches courtes et son épaule gauche est dénudée, son pantalon, autrefois ample, devient moulant, son string n'est plus apparent et elle porte également une ceinture couleur or.

Enfant, Vicky était en surpoids mais elle parvint à maigrir grâce à un régime strict. Elle doit cependant continuellement contrôler son alimentation (c'est une mangeuse émotionnelle : elle a tendance à s'empiffrer sous le coup d'une émotion négative pour compenser), au risque de reprendre du poids. Ce qui advient finalement dans Ex, drague et rock'n'roll après une déconvenue amoureuse.

Vicky au Fil des Tomes


Personnalité[]

« Au sujet d'Jenny et Vicky / Voilà qu'il me vient une théorie / Aux autres, elles mènent la vie dure / Car leur cœur cache une blessure /Tout ce qu'elles cherchent, c'est d'l'attention / Mais pas toujours d'la bonne façon / Et si pour elles, les hommes luttent / C'est parce qu'elles s'habillent comme des... » (*bruit de klaxon d'un automobiliste furieux*)

À première vue, Jenny et Vicky sont interchangeables : ce sont des pestes nombrilistes obsédées par leur apparence et adeptes de la vacherie. Leur vie consiste en séances de shopping et à draguer des garçons, qu'elles notent selon un système de cotation en fonction de leur sex-appeal (et pour elles, il est impensable d'être vues avec un mec en-dessous de 8/10, il en va de leur réputation). Elles privilégient la quantité de leurs relations à la qualité et utilisent Karine, leur amie au physique ingrat, pour mettre en valeur leur beauté par contraste. Elles enfoncent sans arrêt cette dernière de manière totalement décomplexée. 

Cependant, plus la série progresse et plus les différences se creusent entre les deux filles : si Jenny est plus bête que méchante et innocemment cruelle, Vicky est parfaitement consciente du mal qu'elle peut faire, même si elle feint souvent le contraire. Beaucoup d'éléments indiquent que Vicky serait beaucoup plus intelligente qu'il n'y paraît, et qu'elle se composerait un masque social de bimbo. 

Ses parents sont extrêmement exigeants envers elle : pour leur plaire, elle se doit d'être populaire à l'école, d'avoir de nombreuses conquêtes et d'être physiquement et mentalement parfaite. Vicky est donc contrainte de surveiller excessivement son poids, son look, et d'avoir des résultats scolaires excellents (en-dessous de 80%, ils considèrent qu'elle est en échec et devrait se consumer de honte), en particulier en anglais, la langue de l'avenir selon son père. Vicky est loin d'être une cancre, bien qu'elle soit plutôt paresseuse et a une forte tendance à tricher. Elle se définit comme « le cerveau d'Einstein dans un corps de top-model ». Au moindre manquement à cette charte de vie plus que sévère, elle écope d'une punition disproportionnée, ce qui explique pourquoi en réaction elle cherche à tout prix à écraser les autres.

17201178 10155127212029413 6605896521582204395 n.jpg

Victime dans le cadre familial, Vicky devient bourreau quand elle en sort. Si Karine est son punching-ball préféré, n’importe qui est susceptible d’endurer ses foudres, sa langue acérée et son humour vitriolique. Machiavélique, manipulatrice et égoïste, elle sait pertinemment où frapper pour faire mal. Obsédée par sa popularité, elle cherche par-dessus tout à surpasser (sans succès pour la majorité de la série) Jenny au rang de reine de la ruche. Partant du principe que la vie est cruelle, Vicky n’a aucun scrupule à rabaisser les autres, surtout s’ils gênent ses plans. Si on n’est pas avec elle, on est contre elle. Elle manque de sens de l’empathie et, focalisée sur ses propres problèmes, n’imagine même pas que les autres puissent avoir les leurs et exige d’eux de les mettre de côté pour se consacrer à elle, ainsi que leur totale mansuétude à l’égard de tous les coups bas qu’elle leur fait.

La violence de Vicky n'est pas que verbale : très impulsive et spontanée, elle en vient aux mains très facilement. Elle a giflé Karine et Jenny tant de fois qu'on ne les compte plus, a administré un coup de poing vengeur au moins à trois personnes (Hugo, Albin et David) et ses disputes avec Jenny dégénèrent régulièrement en combat au corps-à-corps. Pour se débarrasser de quiconque la gêne, elle envisage souvent des solutions extrêmes, avec parfois passage à l'acte (par exemple, elle a tenté de noyer la petite amie d'un maître-nageur qu'elle convoitait). Elle a menacé d'agresser physiquement Albin et Mélanie, et a manqué de tuer cette dernière par empoisonnement. Il est à noter que dans la majorité des cas, il ne s'agissait que de gags usant d'un humour très très noir, surtout si cela se passe dans les premiers tomes ou dans les Vacheries, mais avec Vicky, la frontière est souvent mince.

Issue d'une famille riche, elle vit dans l’opulence et a parfois du mal à comprendre le point de vue de quelqu'un pour qui ce n'est pas le cas. Notamment, son influence sur Jenny qui vit dans un cadre précaire est également néfaste à ce titre, puisque la rouquine cherche à imiter le train de vie de Vicky sans en avoir les moyens, ce qui entraîne des catastrophes (comme de la contraindre au vol à l'étalage ou à engloutir le budget épicerie du mois dans un concours stupide). Avoir une carte de crédit bien garnie n'empêche bien évidemment pas Vicky d'exploiter le portefeuille de Karine ou celui des nombreux garçons qui la poursuivent.

À cause de son passé d'ex-obèse, Vicky est elle-même grossophobe à partir du moment où elle a retrouvé un poids dans les normes. Hugo est bien entendu le principal réceptacle de ses commentaires désobligeants.

Mais Vicky cache un bon fond, qu'elle n'ose pas trop exprimer, et sa méchanceté découle essentiellement de blessures qu'elle dissimule tant bien que mal. Une page de son journal intime révèle qu'elle aime sincèrement Jenny et Karine, bien qu'elle soit rarement capable de se comporter comme une amie digne ce nom et les a de nombreuses fois sacrifiées pour son plaisir égoïste et immédiat, quand elle ne les manipule pas de manière éhontée. Néanmoins, quand elle les sent en danger, elle peut se montrer féroce pour ce qui est de les défendre. Complètement obnubilée par son objectif de rentrer dans le moule pour plaire à ses parents (et à la société en général), elle réprime avec violence tout écart avec la norme (en particulier son attirance pour les filles), ce qui la rend encore plus malheureuse.

Vicky est un personnage complexe, continuellement en train de se torturer elle-même, blessée par les autres, consumée par la jalousie, et qui mord les mains charitables qu'on lui tend de peur de recevoir un nouveau coup.

Relations[]

Vicky bébé et son père tentant de lui enseigner l'anglais

La famille de Vicky est aisée et habite dans une grande maison de banlieue. Son père Will possède sa propre entreprise et est très exigent envers ses filles qui doivent toujours avoir les meilleurs résultats scolaires, en particulier en anglais. Ce qui amène Vicky à tricher ou à faire faire ses devoirs à Karine ou à Murphy pour qu’elle puisse se la couler douce pendant ce temps-là. Ce qui ne marche pas toujours et Vicky se voit chaque année obligée de passer l’été dans un camp d’immersion. La mère, Kate, semble considérer qu’une femme ne réussit dans la vie que si elle est belle et épouse un homme riche. Elle incite donc ses filles à être des séductrices et à avoir un physique irréprochable. Elle contrôle particulièrement le poids de Vicky qui était obèse durant l'enfance et souffre encore d’une obsession de sa ligne bien qu’ayant aujourd’hui un poids idéal. Kate l’oblige à manger des plats diététiques insipides et bizarres, et sa sœur aînée Rebecca (qui ne souffre d'aucun des complexes de Vicky) adore l’humilier avec la bénédiction des parents qui n’hésitent pas à la proclamer leur préférée.

Oui, Vicky et Karine sont amies...

Les meilleures amies de Vicky sont Karine et Jenny, qu'elle aime sincèrement bien qu'elle ne le montre que rarement, se comportant avec elles de manière exécrable la plupart du temps, surtout envers Karine, qu'elle jalouse secrètement. Elle la traite comme sa bonniche, son souffre-douleur et son faire-valoir (la prétendue laideur de Karine est utilisée pour mettre en valeur la beauté des deux autres). Pour arriver à ses fins, elle ne recule devant rien et dicte toujours à ses amies ce qu’elles doivent faire et penser. Et celles-ci la suivent sans broncher, Jenny parce qu’elle est trop bête pour s’en rendre compte et pense que Vicky a la science infuse ; Karine parce que, étant trop bonne, elle a le secret espoir de la voir un jour s’améliorer et ne peut de toutes façons pas la laisser tomber. C’est pourtant Vicky qui a mis en place cette dynamique malsaine entre elles trois : celle où deux filles tapent sur la troisième qui leur pardonne encore et toujours.

Quand Karine commence à s'émanciper dès Un couple d'enfer, Vicky panique à l'idée de la perdre, réalisant qu'elle ne retrouvera jamais une amie si précieuse. Par la suite, Karine deviendra célèbre grâce à son groupe de musique et une rivalité s'instaurera entre les deux filles.

Vicky et Jenny se disputent régulièrement, la plupart du temps pour des futilités (en général, un garçon). Ces querelles deviendront néanmoins très sérieuses dès Un couple d'enfer, où leur séparation temporaire est presque comparable à une rupture amoureuse. Elles se réconcilieront à la fin de cet album, mais pour mieux s'éloigner l'une de l'autre dans les suivants. Dans le courant d'Un bonheur presque parfait, leurs désaccords deviennent intenses. Durant le climax de l'album, Jenny révélera en public les sentiments cachés de Vicky pour Mégane, ce qui plongera celle-ci dans une honte profonde et détruira l'amitié de façade entre sa famille et celle de Mégane, entraînant la ruine de Will. Depuis, Vicky et Jenny sont ennemies. Vicky reproche à Jenny d'avoir anéanti sa vie et lui fera payer très cher dans le tome suivant. Elles se réconcilieront néanmoins à la fin, cette fois pour de bon (enfin, on l'espère !).

Vicky brisant ( encore un fois ) un cœur

Tout comme Jenny, Vicky est une croqueuse d'hommes ayant son lot d'admirateurs décérébrés. Elle rêve de faire un beau mariage avec quelqu'un de puissant, riche et célèbre (encore une fois pour satisfaire ses parents). Mais elle ne parvient jamais à séduire de manière sérieuse, généralement parce qu'elle est l'éternelle seconde derrière Jenny (et quand ce n'est pas Jenny, c'est au choix Rebecca ou Mélanie). Jusqu'à Un été trop mortel où, contre toute attente, c'est elle qui mettra le grappin sur James, le fils des nouveaux voisins. Cependant, Vicky est rarement vue en train d'embrasser un garçon, et de ce qu'on voit de sa relation avec James (et après lui Steven), elle semble très mal à l'aise dès qu'il s'agit d'être tactile avec un individu masculin. Car effet, Vicky est homosexuelle (ou du moins bisexuelle), ce qu'elle découvrira avec Mégane, la sœur de James, dont elle tombera amoureuse. Amour qu'elle n'arrive pas à assumer à cause de l'homophobie de ses parents et de sa propre obsession de ne jamais sortir des normes. Elle rejettera Mégane à plusieurs reprises et sortira avec des garçons pour se convaincre elle-même qu'elle est hétérosexuelle (et donc « normale »). Quand elle trouvera enfin le courage de s'assumer, il sera trop tard et Mégane sera partie voir ailleurs.

Histoire[]

Avant la série[]

Quand elle était jeune Vicky était obèse, ce qui fit d'elle l'enfant mal-aimée de sa famille, sa mère considérant cela comme honteux et la soumettant à des régimes strictes, et sa sœur la surnommant « Bouboule ». Comme elle se révélait peu douée en anglais (encore que la notion de douance est ici très relative si on prend en compte les exigences extrêmes de son père sur le sujet), ses parents l'obligeaient chaque année à passer l'été dans un camp d'immersion pendant qu'ils partaient avec sa sœur Rebecca, leur fille préférée, en vacances dans des lieux exotiques. Vicky était persécutée dans ce camp par les autres enfants en raison de son poids. Ils avaient inventé une chanson pour la lyncher : « Who's the camp's fool ? It's Bouboule ! » (« Qui est l'imbécile du camp ? C'est Bouboule ! »). Les moniteurs se permirent également de la prendre en photo pour monter une affiche promotionnelle (où son visage fut altéré par Photoshop pour faire croire qu'elle était heureuse), le tout sans son accord. Vicky revint à ce camp d'année en année, mais bien qu'elle soit parvenue à maigrir entre temps, les persécutions continuèrent par habitude, ses charmants camarades se plaisant à gribouiller l'affiche susmentionnée de l'inscription « She's fat ! » (« Elle est grosse ! ») à côté de son portrait.

À l'école, elle rencontra sa première amie, Gabrielle, une fille qui suite à une éducation très religieuse s'habillait de manière très conservatrice et démodée, et de plus affublée de grosses lunettes. Très vite, les deux filles devinrent des parias qu'on laissait croupir dans un coin. Le malheur aimant la compagnie, Vicky s'en accommodait et trouvait dans sa misère partagée avec Gabrielle une sorte de réconfort. Jusqu'au jour où débarqua Jenny, une lolita belle mais stupide qui commençait déjà à avoir les formes de l'adolescence et avait

Vicky quand elle avait 12 ans

pris le pli de s'habiller de manière courte et moulante pour attirer les garçons. Vicky ne perdit pas une seconde pour rejeter Gabrielle et se jeter sur Jenny afin que celle-ci la prenne sous son aile et l'aide à changer de look. Comme cela coïncida avec sa perte de poids, Vicky devint rapidement un clone de Jenny de couleur différente et toutes deux furent considérées comme les deux reines de beauté de l'école (quoi que Vicky restait seconde derrière Jenny). Gabrielle ne lui pardonna jamais sa trahison et ne manqua dès lors aucune occasion pour railler les deux starlettes.

Arrivées en secondaire, Jenny y retrouva Karine, une amie d'enfance qu'elle avait perdue de vue suite à un déménagement. Celle-ci est grande et filiforme, soit l'inverse de Vicky. La repérant d'office comme étant une fille timide et trop gentille, Vicky décida de faire d'elle leur faire-valoir, ravie de pouvoir victimiser quelqu'un à son tour. Elle entreprit de modeler Karine pour que celle-ci soit le plus mal dans sa peau possible et avec une estime de soi au ras des pâquerettes, massacrant ses longs cheveux blonds à coup de ciseaux dans une coupe informe et la forçant à porter des vêtements ne mettant pas en valeur son physique de grande maigrichonne. Depuis, Karine est la bonne à tout faire de Jenny et Vicky, qui l'utilisent pour porter leurs sacs de courses et faire leur devoirs à leur place quand elle sortent avec des garçons.

Vachement copines, Une fille en or et Pour qui tu te prends ?[]

Vicky et Jenny sont les deux vedettes incontestées de l'école, les deux filles les plus populaires et considérées comme des beautés sans égal, celles que les garçons suivent à la trace à bavant et que les autres filles jalousent en maugréant dans la pénombre.

Vicky et Jenny draguant John John

À première vue, la situation est idyllique et elles ne doivent déplorer que la présence dans leur sillage de Murphy, le garçon le plus hideux de l'univers, mal habillé, boutonneux et perpétuellement en état de déprime, qui comme les autres aimerait sortir avec l'une d'elles. Elles n'ont d'yeux que pour le mystérieux John-John et sa moto qui déclenchent tous leurs fantasmes. Vicky et Jenny ont cependant fait un pacte : aucune des deux ne doit devenir la petite amie officielle de John-John, ce afin de préserver leur amitié.

Leur existence n'est pas sans contrainte, surtout dès qu'elles quittent l'école pour revenir à leur vie de famille. Pour Vicky, cela se traduit par être rabaissée constamment par des parents exigeants et une sœur aînée moqueuse. Certaines planches des Vacheries montrent qu'il lui arrive de s'intéresser à des garçons pour autre chose que leur physique ou leur popularité, notamment on la voit fréquenter Le Jeune Peintre, pauvre et bohème, qui semble l'avoir prise pour muse.

Lors d'une promenade au parc, le trio est abordé par deux garçons, dont un prétend connaître Vicky. En effet, c'était l'un de ses bourreaux au camp d'anglais, et maintenant qu'elle a maigri et est devenue jolie, il cherche à sortir avec elle. Honteuse, elle fera mine de ne pas le connaître et prendra la poudre d'escampette, conjurant ses deux amies de ne jamais plus évoquer cette scène.

Non mais !

Quelques fois, Jenny et Vicky voient leur pouvoir contesté, mais uniquement par Les Deux Skaters, deux garçons insensibles à leur charme et préférant railler leur bêtise et leur côté superficiel ; ou encore certains professeurs qui s'obstinent à se concentrer sur leurs études. Notamment, il y a M. Bernard, enseignant les mathématiques, qui fera les frais de leurs manigances.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu'à ce Dan, un garçon d'une autre classe, ne montre de l'intérêt pour Karine, leur amie moche supposée n'être là que pour les mettre en valeur et accomplir leur corvées. Considérant que si leur bonniche trouvait l'amour cela mettrait en péril leur amitié, elles mettent tout en oeuvre pour empêcher Dan de pouvoir ne fusse que lui parler.

Vicky et Jenny mettent au point un planning hebdomadaire où elles s'alternent pour se faire raccompagner par Dan après les cours. Vicky s'arrange également pour faire croire au jeune-homme que Karine est amoureuse de John-John, ce que celui-ci va gober sans se poser de question. Jusqu'au jour où la bêtise légendaire de Jenny lui fait révéler la supercherie. Dan comprend alors, et s'en va retrouver Karine chez elle. Ils s'embrassent, ce que Vicky et Jenny ne découvriront qu'au tome suivant.

Entre temps, Karine est la victime de ses amies, dont les « frasques » mettront souvent la vie ou la santé en danger. Par exemple, Karine sera par leur faute enfermée une nuit entière dans une chambre froide, ou encore fera une réaction allergique après que Vicky lui ait injecté du silicone de bricolage dans la bouche avec une seringue (soi-disant pour lui faire des lèvres pulpeuses). Sans oublier l'épisode de la piscine, où Vicky, désirant séduire un maître-nageur, tentera avec l'aide de Jenny de noyer la petite amie de celui-ci, une blonde aux cheveux courts. Cette similitude capillaire entre Karine et leur cible les amèneront à les confondre. Quand elles réalisent leur erreur et remontent Karine à la surface de l'eau en-dessous de laquelle elles lui maintenaient la tête, celle-ci est inconsciente et saigne du nez. Un autre gag montre également Dan ligoté et bâillonné dans les toilettes, vraisemblablement par Vicky et Jenny afin qu'il ne puisse pas s'approcher de Karine.

Quand John-John manque de trouver la mort dans un accident de la route, Vicky et Jenny seront dévastée par l'état de la moto, bonne pour la casse, mais pas par John-John lui-même, qu'elles renieront car ayant perdu l’accessoire qui faisait son succès. Quand il achètera une nouvelle moto, elles se remettront à lui courir après.

Sale temps pour les moches[]

Vicky ayant découvert que la relation de Karine et Dan s'est concrétisée malgré ses efforts pour l'empêcher, elle décide alors de leur mener la vie dure pour les amener à rompre tout en essayant de profiter de Dan comme d'un esclave supplémentaire. Bien entendu, elle est toujours assistée de sa fidèle Jenny dans ses méfaits, bien que la maladresse et la bêtise de celle-ci fassent régulièrement capoter ses plans.

Ce tome est celui où l'on découvre en détails la famille de Vicky (si on ne compte pas les Vacheries qui ont été publiées bien plus tard) et donc qu'une explication est apportée concernant son caractère et ses motivations. Quand la grand-mère paternelle de Vicky décède, celle-ci est en colère parce que se rendre aux funérailles lui fait perdre du temps dans sa surveillance de Karine/Dan.

John-John, le motard mystérieux, prend la décision de renoncer à ses nombreuses conquêtes pour se fixer dans une relation unique et sérieuse. Malgré leur pacte, Vicky et Jenny rêvent toutes deux de devenir sa copine officielle, quitte à poignarder l'autre dans le dos. Mais après un certain temps, il devient évident que John-John a une nette préférence pour Jenny, ce dont Vicky a conscience. Sa sœur Rebecca lui fait remarquer qu'avec Karine qui a trouvé Dan, si Jenny arrive à ses fins avec John-John, elle sera la seule de son trio d'amies à être célibataire. Vicky, déjà extrêmement complexée d'être toujours deuxième mais jamais première, que ce soit chez elle ou en dehors, ne veut pas en plus être affligée d'un retard sur les autres dans sa vie sentimentale. Elle doit absolument remédier à cette situation pour ne pas perdre la face.

Elle utilise Murphy pour saboter les moments partagés par Karine et Dan en faisant du chantage au suicide. Mais même cela perd de son efficacité quand Murphy se trouve une petite amie, Lizon, une fille encore plus laide que Karine (selon ses dires). Cela a pour effet de le rendre moins motivé pour aider Vicky, tout en faisant réaliser à celle-ci que même Murphy le moche dépressif s'en sort mieux qu'elle dans sa vie amoureuse, ce qui est la honte ultime.

Vicky refuse de se laisser abattre. Dan compte emmener Karine voir le concert des Blackberries , son groupe préféré auquel il l'a convertie, pour son anniversaire. Les tickets de concert étant difficiles à obtenir, elle compte sur le dépits de Mélanie, une autre fan du groupe qui n'a pas eu la chance d'en obtenir à temps, pour lui proposer de remplacer Karine auprès de Dan. Pour ce qui est d'éloigner Karine, elle utilise la perversité naturelle de Murphy pour l'inciter à l'aider une ultime fois : s'il empêche Karine d'aller au concert, il aura droit à un baiser de Jenny. Bien entendu, elle omet de préciser cette partie du contrat à Jenny quand celle-ci l'accompagne pour mener Mélanie auprès de Dan. Murphy menace de se jeter du toit de l'école si Karine ne lui vient pas en aide, et celle-ci culpabilise, ce qui agace Dan. Karine vole au secours de Murphy sur le toit et Vicky admire la tournure pour l'instant positive des événements. Mais Dan et Mélanie discutent et comprennent l'arnaque. Dan s'en va retrouver Karine et Murphy sur le toit pour tout révéler. Vicky et Jenny le suivent, pour découvrir que leur plan part en sucette. Finalement, Karine et Dan s'en vont au concert sans le moindre regret. Vicky somme Murphy d'aller se jeter sous un bus pour les ralentir, mais celui-ci en a marre. Considérant qu'il a parfaitement joué son rôle et que ce n'est pas de sa faute si le résultat escompté n'a pas été obtenu, il mérite sa récompense et l'exige sur le champ. Jenny comprend alors que Vicky lui a promis un baiser de sa part sans la consulter, et quitte le toit elle aussi, mécontente de ce coup bas et coup en douce. Murphy se tourne alors vers Vicky pour le baiser, son « prix de consolation ». Vicky est tellement terrifiée à l'idée de l'embrasser qu'elle recule sans regarder où elle met les pieds, et chute du toit.

Heureusement, ce toit n'était pas très haut et elle s'en sort avec une jambe cassée.

Le même soir, Vicky se retrouve seule à l'hôpital, délaissée par sa famille et par ses amies qui ont toutes deux mieux à faire que de lui répondre au téléphone : Karine est avec Dan au concert, et Jenny avec John-John qui lui demande d'être sa petite amie officielle.

Les liens de l'amitié[]

De retour à l'école en chaise roulante après une courte convalescence, elle découvre l’étendue de l’horreur : Karine et Dan roucoulent toujours, Jenny est devenue la poule officielle de John-John, et une vilaine rumeur circule comme quoi si elle était sur le toit, c’était pour y bécoter Murphy (d'autant plus que celui-ci en profite pour gonfler son image en placardant des affiches « Murphy + Vicky » dans tout l'établissement). Blessée dans son orgueil, elle passe à la vitesse supérieure pour pourrir la vie sentimentale de ses deux amies. Elle est particulièrement fielleuse au sujet de Jenny et John-John, et tente de démolir leur couple, sans succès. Vicky et Jenny se battent également pour avoir Karine auprès d'elles en lui faisant du chantage affectif, et cette dernière commence à ne plus pouvoir gérer son temps entre l'école, Dan et ses deux amies de plus en plus envahissantes.

Pour être elle aussi au bras d’un beau gosse, Vicky jette son dévolu sur Dieudonné, le nouveau coach de basket de Karine, qui a un succès fou auprès des joueuses de l'équipe. Vicky parvient à accaparer Dieudonné grâce à son infirmité : elle fait mine de tomber de son fauteuil roulant (ou, plus tard, de trébucher avec ses béquilles) pour que l'Adonis vole à son secours et la transporte dans ses bras musculeux. Elle croit l'avoir séduit et avoir le privilège de son attention, elle ignore qu'il est en réalité gay, donc pas intéressé par elle (et de toutes façons ce ne serait pas légal étant donné qu'elle est mineure et qu'il a un ascendant sur elle). Il ne prend soin d'elle que parce qu'elle est temporairement en situation de handicap.

10425000 10152654047549413 9122186635510936337 n.jpg

La patience de Dan atteint ses limites pour ce qui est de supporter les amies de Karine. Sur le conseil de ses copains, il décide de lui présenter d'autres filles dans l'espoir qu'elle noue des amitiés plus saines. Son choix se porte sur Mélanie, et en voyant celle-ci flanquée avec Karine et lui offrant des jupes cousues par elle-même, Vicky ne peut tolérer la situation. Craignant que Mélanie cherche à lui voler son esclave, en particulier quand elle l'invite à l'accompagner dans un voyage humanitaire en Afrique, Vicky imagine qu'elle n'est sympa avec Karine que dans le but de lui subtiliser Dan. Ironiquement, l'avenir lui donnera raison. Elle s'en va trouver Mélanie pour lui exposer cette théorie, et pour la dissuader de mettre son plan à exécution, elle la menace de la pousser dans les escaliers ( « Un accident est si vite arrivé... »). Mélanie n'en a cure et décide de s'inspirer du discours de Vicky pour effectivement voler Dan à Karine.

Arrive la Féerie des Glaces, une soirée dansante hivernale. Vicky prétend que Dieudonné est son petit ami et essaye de se pavaner auprès de Jenny. Mais en allant trouver le coach sur la piste de danse, celui-ci lui révèle son homosexualité afin de dissiper le malentendu. Comme à ce moment-là il y a de l'eau dans le gaz entre Jenny et John-John, Vicky en profite pour faire un échange de petits amis avec la rouquine : le coach contre le motard, sans évidemment préciser qu'elle n'a jamais été avec Dieudonné en premier lieu.

Elle tente de séduire John-John en lui expliquant que Jenny l'a lâchement abandonné, mais celui-ci reste aussi froid que la météo. Elle retrouve Jenny qui est furieuse du coup « Dieudonné ». Elles s'apprêtent à se battre quand Karine vient leur apporter une lettre pour elles que lui a confiée John-John, annonçant le départ de celui-ci pour ne plus jamais revenir. Aucune des deux ne remarquera le trouble de Karine quand celle-ci reviendra du vestiaire où elle vient de voir Dan embrasser Mélanie.

Duel de belles[]

Au bord du gouffre, Karine peut heureusement compter sur ses amies

Vicky et Jenny se disent dévastées par le départ de John-John et par conséquent se fichent comme d’une guigne que Karine ait le cœur en miettes à cause de la trahison de Dan. Elles vont même jusqu’à se plaindre de l’entendre geindre, ainsi que du mascara qu'elle gaspillent pour la rendre présentable et qui disparaît avec ses larmes abondantes.

Pourtant, elles auront vite fait de remplacer le motard et se battent cette fois pour sortir avec Fred, le président des élèves, car ce serait tellement classe d’être la « first lady » du bahut ! Évidemment, le bellâtre choisit Jenny, au grand désespoir de Vicky. Fred ne parvient même pas à voir Vicky comme autrement que « la copine de Jenny », et croit que son prénom est « Nikky ». Lors d'une sortie, Jenny et Fred invitent Vicky dans le but de la caser avec Hugo, le vice-président et ami de Fred, un garçon gentil mais considéré comme laid en raison de son embonpoint. Vicky comprend qu'elle est mise sur un pied d'égalité avec celui-ci, c'est-à-dire un cran en-dessous de Jenny et Fred, ce qui évidemment ne lui sied pas. Hugo tente de sympathiser avec elle et a le malheur de lui toucher l'épaule dans un geste de compassion, elle le punit de ce crime par un coup de poing qui laissera un coquart. Plus tard, elle essaiera de se débarrasser de lui pour tenter sa chance avec Fred, et lui renversera un verre sur l'entrejambe pour donner l'impression qu'il s'est uriné dessus.

Quand la marque de soda Pop-Cola organise un concours pour gagner un voyage pour deux personnes à Los Angels en compagnie du chanteur Chris Daryll (pour cela il faut trouver la bouteille dont la capsule fait « pilou-pilou » quand on la dévisse), Jenny claque tout le budget épicerie du mois en bouteilles de soda dans l'espoir qu'elle et Vicky soient les deux heureuses élues. Si Vicky l'aide en buvant le contenu des bouteilles achetées, elle ne dépense pas un sou. Jenna, la jeune sœur de Jenny, découvre leur bêtise en rentrant et décide de vendre la bague de leur mère pour que la famille puisse manger. Mais une fois sorties de chez le bijoutier avec l'argent, Vicky et Jenny le dépensent pour plus de soda.

Mais les deux starlettes ont un autre souci : Mélanie est revenue de son voyage humanitaire en Afrique toute bronzée et leur fait de la concurrence niveau popularité. Tout à coup, elle décident que Karine a raison de la détester (alors qu'une seconde plus tôt elles déclaraient qu'elle devrait plutôt lui être reconnaissante de l'avoir débarrassée de Dan l'infidèle) et commencent à échafauder des plans pour faire tomber la fausse granole. Ayant appris que Mélanie était allergique aux arachides, elles tentent de l'empoisonner en lui offrant des chocolats (son péché mignon) fourrés à l'ingrédient interdit. Malheureusement, quand Mélanie leur demande si les pralines ne contiennent pas d'arachides, Jenny répond par l'affirmative, croyant qu'elle avait deviné. Les deux filles s'en vont, Vicky furieuse que la rouquine ait tout fait tomber à l'eau par sa stupidité habituelle.

Quelques instants après cependant, Mélanie fait croire que les chocolats viennent de Karine avant d'en avaler un, ce qui aura pour conséquence de l'envoyer aux urgences. Quand Karine, accusée de tentative de meurtre, est interrogée par la police, Vicky et Jenny observent la scène, d'abord incrédules. Si Jenny ne fait pas le lien avec le ballotin qu'elles ont offert à Mélanie et pense naïvement que Karine a eu la même idée, Vicky sait pertinemment qu'elles ont manqué de tuer (ou du moins de blesser) quelqu'un et que Karine est en train de prendre le blâme à leur place. Mais elle n'ose pas se dénoncer pour rétablir la vérité (et n'avouera jamais à Karine de toute la série), alors que sa soi-disant « amie » sera renvoyée de l'école et en passe d'avoir un casier judiciaire par sa faute.

Un épisode de cet album voit également le retour du jeune peintre que Vicky fréquente, mais à qui elle claque la porte au nez pour de bon après que sa mère l'ait convaincue qu'elle vivra dans la misère si elle choisit un artiste sans avenir, et qu'elle serait plus avisée de suivre son exemple et de se trouver un homme puissant. Ironiquement, c'est dans la même planche qu'on découvre que l'homme puissant qu'est le père de Vicky a une aventure extraconjugale.

Alors que le trio se promène dans la rue, Vicky et Jenny ignorant l'état de dépression dans lequel est Karine, elles rencontrent Albin, un musicien de rue albinos qui propose de leur composer des chansons personnalisées, affirmant qu'il est un fin analyste de la nature humaine et qu'il est capable de cerner la personnalité de quelqu'un en très peu de temps. Vicky et Jenny n'en croient rien, se moquent de lui et de son apparence (« On n'a pas de conseil à recevoir d'un type qui se douche à l'eau de javel ! »). Alors qu'elles s'apprêtent à passer leur chemin en ricanant, Karine leur demande d'attendre, car elle est intéressée par la proposition d'Albin. Celui-ci lui demande son nom et commence à chanter pour elle, les paroles évoquant le fait qu'elle est triste et sent seule. Il n'a pas le temps de finir, car Vicky et Jenny, vexées de voir un individu de sexe masculin porter plus d'attention à Karine qu'à elles, font volte-face et interrompent la chanson, exigeant qu'Albin leur en compose une sur le champ. Karine insiste pour qu'il termine d'abord celle qui l'avait entamée pour elle, et Vicky lui rétorque qu'elle est égoïste d'exiger cela. Jenny ajoute qu'une chanson inspirée d'elle et de Vicky sera certainement de qualité supérieure. Albin reprend sa guitare et s'exécute, mais au lieu de leur offrir la chanson qu'elles veulent (une ode à leur beauté et à leur magnificence), il leur donne la chanson qu'elles méritent. Les paroles sont criantes de vérité : elles sont en manque d'attention, sans doute à cause d'une blessure cachée, et en réaction elles malmènent injustement les autres et s'habillent comme des prostituées afin d'avoir des garçons à leurs pieds. Bien entendu, elles ne retiennent que la dernière partie et arrosent le musicien avec des boissons pleines de colorant. Elles croient en avoir fini avec lui, mais ignorent que Karine le reverra par la suite...

Fred ne supporte plus la bêtise de Jenny et rompt avec elle. Vicky espère le conquérir à son tour et manque de le tuer en le tirant accidentellement sous un bus dans sa tentative de séduction. Se revoyant plus tard, il s'avère qu'il ne lui en tient pas rigueur (car elle ne l'a pas fait exprès...pour une fois) et lui annonce qu'après Jenny, il a décidé de sortir avec Mélanie (qui entretemps s'est lassée de Dan et l'a largué comme une vieille chaussette).

Le sang de Vicky ne fait qu'un tour. Dégoûtée que Fred lui préfère Mélanie, elle raconte cependant à ses amies que la fausse écologiste a volé le président à Jenny de la même manière qu'elle a volé Dan à Karine, et qu'elle, Vicky, a décidé de donner une bonne leçon à cette intrigante qui a fait souffrir ses deux amies. Elles se rendent toutes trois à l'exposition sur l'Afrique où Mélanie joue les vedettes, décidées à en découdre. Le plan de Vicky et Jenny est d'une rare subtilité : attirer Mélanie dans un terrain vague et la tabasser jusqu'à la rendre méconnaissable. Par chance, Karine parvient à les convaincre de la laisser mener les opérations à sa manière : elle enregistre Mélanie à son insu pendant que celle-ci avoue tous ses méfaits en jubilant, puis confie son téléphone à Vicky et Jenny afin qu'elles passent l'enregistrement sur un grand écran. Cela fonctionne, Karine est innocentée et Mélanie en disgrâce.

Peu de temps après, Karine semble distante et passe moins de temps avec ses deux amies. Celles-ci en déduisent erronément que c'est à cause de Dan à qui Karine aurait offert une dernière chance qu'il ne mérite pas ( en réalité, Karine a un nouveau petit ami : Albin, mais Jenny et Vicky l'ignoreront jusqu'au tome suivant). À ce moment, elles sont distraites par Hugo qui trouve la capsule faisant « pilou-pilou » et commencent à se battre pour lui.

Un couple d'enfer[]

Vicky savoure à peine la déchéance de Mélanie quand elle se rend compte qu’elle a peut-être trouvé une nouvelle rivale en la personne de Karine, son ancienne esclave qui est devenue plus jolie, plus populaire, et qui se rebelle contre elle désormais. Inutile de préciser qu’elle n’apprécie pas du tout de voir la situation lui échapper et décrète aussitôt que la métamorphose de Karine est une mauvaise chose et cherche à la faire redevenir comme avant.

Le sens des priorités...

Avec Jenny, elle tente de la convaincre de faire machine arrière, sans succès. Elle reporte alors la faute tout d'abord sur Dan, pensant que Karine n'ose lui répondre que quand elle est amoureuse, mais cela se révélera être une fausse piste. Karine a un nouveau petit ami, Albin, le musicien de rue de l'album précédent. C'est lui désormais qui est dans le collimateur de Vicky, qui a remarqué qu'il se vêt tout de blanc et et en a déduit que Karine s'habille désormais en noir pour être assortie avec lui (sur le principe du Yin et du Yang).

13094306 10154174785234413 6585209355318640870 n.jpg

Vicky ira très loin dans ses tentatives pour séparer le nouveau couple : fausse lettre de menaces anonyme, vol de courrier, diffamation,... en plus de ses classiques manipulations. Alors qu'elle haïssait Dan le jour précédent et le tenait pour responsable de la transformation de Karine, elle cherche désormais à raviver la flamme entre eux, réalisant qu'avec lui il était facile d'utiliser Karine à sa guise, alors qu'avec Albin elle rencontre une résistance. Elle ira même jusqu’à accuser ce dernier d’être le gourou d’une secte laveuse de cerveaux, « la secte des albinos ». Mais Albin n’est pas Dan, il voit clair dans son jeu et ne tombe pas aisément dans des pièges aussi grossiers, en général il parvient plutôt à retourner les coups de Vicky contre elle. Grâce à lui, Karine apprend à se méfier et à s'affirmer, ce qui a pour effet qu'elle aussi commence à déjouer les plans de Vicky. Un fossé se creuse entre les deux amies, et entre Albin et Vicky débute une guerre d'influence. S'il s’avérera que le guitariste est bel et bien un manipulateur cherchant à contrôler la vie de Karine (en étant convaincu de le faire pour son bien cependant), tout comme pour Mélanie les motivations de Vicky pour s'en prendre à lui n'ont rien de très honorable à la base : elle a peur de perdre sa propre domination sur Karine et ne supporte pas la concurrence. Ainsi, elle est la première à attaquer Albin pour ensuite se plaindre quand il contre-attaque. Cependant, au fond d’elle, il y a tout de même quelque chose de plus noble et qu'elle ne veut pas avouer : elle aime sincèrement Karine et sait qu’elle ne trouvera jamais une amie aussi précieuse. Elle a donc peur de la perdre. De plus, même si elle mourrait plutôt que de l’admettre, elle admire en fait son nouveau look et en est jalouse (sans doute parce qu'il est évident que Kate ne l'autoriserait jamais à afficher ses goûts de la sorte).

Voyant ses plans échouer à répétition en partie par la faute de la maladresse de Jenny, Vicky fait preuve de mauvaise humeur envers elle, créant des tensions entre elles. Finalement, Jenny en aura assez d'être enguirlandée et critiquée à longueur de temps, et Vicky lui proposera un ultimatum : « C'est Karine ou c'est moi ! ». Jenny choisira Karine, troquant son look de bimbo au string qui dépasse pour adopter elle aussi un style tout en noir, comme pour marquer sa « rupture » avec Vicky. Le succès de Karine à l'école n'en sera qu'accru maintenant que Jenny a rejoint son camp, et Vicky se sentira invisibilisée.

9184 10154036145929413 4324516282734725296 n.jpg

En dernier recours, Vicky s’associe avec Dan qui cherche à reconquérir Karine. Ils effectuent des recherches sur Albin dans l’espoir de dénicher des dossiers compromettants à son sujet et pouvoir clamer sur tous les toits qu’ils avaient raison. Par le plus grand des hasards, ils trouveront quelque chose...mais perdront toute crédibilité en ne faisant pas leur recherche à fond. Ayant découvert qu'Albin avait été accusé de meurtre de masse quand il était enfant, ils s'empressent d'aller le révéler à Karine. Si Vicky est heureuse de cette trouvaille, Dan est terrifié à l'idée que celle qu'il aime encore un peu puisse être sous la coupe d'un assassin. Albin n'aura besoin que de quelques secondes pour sortir la preuve de son innocence et que cette accusation était une diffamation, faisant de la sorte s'évaporer leurs espoirs de l'éloigner de Karine. Dan est soulagé de la savoir en sécurité et confus de son attitude. Vicky de son côté est dégoûtée à l'idée d'avoir raté son coup et formule sa détermination à prouver qu'Albin est bien le monstre qu'elle voudrait qu'il soit. Karine se met en colère, Dan tente de la tempérer dans son jugement en l'incitant à ne pas être trop sévère envers Vicky, ce qui n'a pour effet que de l'énerver d'avantage. Elle les met tous les deux dehors. Dans sa fureur qu'elle ne peut plus quitter, elle congédie également Jenny à coup de pied au derrière alors que celle-ci avait pourtant fait le seul commentaire sensé (à savoir que dans l'hypothèse où Albin aurait été effectivement coupable, Karine aurait préféré le savoir).

Jenny revient vers Vicky en rampant, en partie parce qu'elle n'a pas de quoi payer le coiffeur pour redevenir rousse.

Les deux filles décident d'ignorer Karine, et quand celle-ci leur envoie une invitation pour son premier concert avec le groupe de musique Albin et les Albinos dont elle est devenue la choriste, elles disent ne pas vouloir y aller par orgueil, alors que toutes deux pensent le contraire sans oser l'avouer à l'autre. Le soir du concert, elles organisent une fête chez Vicky avec pleins de garçons qui profitent de la piscine. Jenny a un moment donné besoin de l'ordinateur de Vicky, et imprime par erreur une page du journal intime de cette dernière, où elle avoue adorer Karine en dépits de la manière dont elle la traite, et être jalouse de son look. Jenny courre lire tout cela à Karine à la sortie du concert (malgré les protestations de Vicky qui n'a pas envie qu'on dévoile ses bons côtés) et les trois amies se réconcilient. Albin, qui se félicitait d'être débarrassé des deux bimbos, ne voit pas cela d'un très bon œil, mais ne fait rien pour l'instant.

Un été trop mortel[]

Vicky aurait voulu passer l’été à bronzer et draguer à la plage, mais rien ne se déroule comme elle l'aurait souhaité.

Aucun garçon ne daigne faire attention à elle dès lors que Jenny fait son apparition dans le décor. Pire : elle réalise qu’elle est devenue elle-même le faire-valoir de la rouquine. Elle essaie d’abord de réutiliser cette technique de « chasse avec une fille plus moche pour te mettre en valeur » en attrapant par le bras le premier laideron qu’elle rencontre, la malheureuse Caroline qui l’enverra paître, puis en téléphonant à Karine qui déclinera l’offre en raison d'une répétition intensive avec les Albinos. Karine lui ayant confié qu’ils allaient rencontrer un producteur et qu’ils avaient la chance de décrocher un contrat avec une maison de disques, Vicky décide de saboter cette chance pour que Karine ait plus de temps libre (à lui consacrer cela va sans dire) et s’en va convaincre Jenny qu’Albin est un méchant qui accapare leur copine.

Elles engagent leurs admirateurs (que Jenny embrasse en guise de remerciement) pour répandre des commentaires mensongers et peu flatteurs sur les Albinos juste au moment où ceux-ci discutent avec le potentiel producteur à une terrasse, afin de le dissuader d'investir dans leur talent. Le plan fonctionne et les Albinos ne décrochent pas de contrat, mais alors que Karine invite tout le monde le soir même dans un bar pour dissiper les tensions entre ses deux meilleures amies et le groupe, Albin devine que les deux chipies sont responsables du sabotage et joue de la sottise de Jenny pour qu’elle dévoile leur machination devant tout le monde. Karine est furieuse de la trahison et gifle ses deux amies.

Vicky est tellement mécontente de ne plus arriver à manipuler Karine et à la monter contre Albin qu’elle téléphone à Albin pour lui dire qu’il est mauvais parce qu’il manipule Karine et la monte contre elle. Tombant sur son répondeur, elle laisse un message disant qu’elle veut en discuter face à face avec lui, mais Jenny qui est à côté d’elle lui arrache le combiné des mains et se met à hurler des insultes qu’elle croit nécessaires à l’encontre du musicien. C’est à ce moment-là que Murphy débarque, amenant le problème suivant : Vicky avait tellement peur d’être envoyée au camp d’anglais qu’elle a demandé à Murphy de pouvoir copier sur lui à l'examen, contre paiement en nature. Le hic, c’est qu’elle lui avait promis un baiser sur la bouche mais s'est débinée à la dernière seconde. Comme compromis, elle lui a lui suçoté les orteils (ce après quoi elle s’est gargarisée au détergent). Mais Murphy n’est pas satisfait et menace de la dénoncer à son père s’il n’a pas un vrai bisou. Jenny, qui s’en veut d’avoir encore fait foirer le plan de Vicky contre Albin, se propose d’embrasser Murphy à la place de son amie...mais n’y parvient pas et abandonne après s’être vomi dessus trois fois de suite ! Les deux filles ne réalisent pas que cette idiote de Jenny a oublié de raccrocher le téléphone après avoir insulté Albin, ce qui a permis à celui-ci d'écouter toute leur conversation.

Finalement, Murphy ne dénoncera pas Vicky, mais Albin si. Du coup, elle est forcée d’aller dans l’abominable camp d’immersion qui hante ses cauchemars, tandis que les Albinos sont enfin débarrassés d'elle et de ses coups retors.

De nouveaux voisins emménagent en face de chez elle. Ils ont deux enfants, Mégane qui a l’âge de Vicky et James qui est plus âgé. Ce dernier semble un beau parti, surtout qu’il conduit une Porsche, mais avant même qu’elle tente de l’approcher, sa grande sœur, l’insupportable Rebecca, la double et s'en va avec James en ricanant.

Ayant appris qu’Albin a raconté à Karine que selon lui Vicky n’aime personne d’autre qu’elle-même (et on ne peut pas dire qu'il ait entièrement tort) , elle prend la mouche et se rend chez l’albinos pour lui administrer un coup de poing, et s'apprête à partir en le raillant, fière de son coup (dans tous les sens du termes). C’est là que triomphant, Albin lui révèle que c’est lui et non Murphy qui l’a dénoncée à son père pour l’examen d’anglais. Vicky le menace d'encore le frapper, mais Albin réplique pour lui faire comprendre que si elle tient tant à s'aventurer sur ce terrain, elle risque d'y laisser sa peau : il la considère comme une influence tellement mauvaise pour Karine qu’il se pourrait qu’il en vienne à vouloir se débarrasser d'elle de façon plus radicale. Vicky s’enfuit en courant, persuadée d’avoir affaire à un meurtrier psychopathe. Elle tente de tout expliquer à Karine, mais cette fois, celle-ci ne la croit pas. À force de l'entendre crier « Au loup ! », elle ne lui fait plus confiance.

Le début d'une belle histoire d'amour

Mégane taquine Vicky

13010684 10154174809224413 3735353149651091208 n.jpg

Mégane, la nouvelle voisine, est elle aussi envoyée au camp d’anglais par ses parents qui ne voulaient pas l'avoir dans leurs pattes durant l'été. Les pensionnaires du camp sont majoritairement des enfants, les deux jeunes filles sont donc les seules adolescentes, ce qui pousse Vicky à chercher la compagnie de Mégane pour éviter la solitude ; alors qu’ayant toutes deux un sale caractère, elles se lancent sans arrêt des piques. Mégane prend vite l’habitude de taquiner Vicky et de la faire tourner en bourrique, en la surnommant « Barbie » et en raillant sa tendance à porter des strings et à se maquiller comme un pot de peinture. Mais au fur et à mesure que le temps passe, elles en viennent à s’apprécier.

Lors d’un week-end (le camp est en semaine), Mégane invite Vicky chez elle. Vicky s’y rend surtout dans l’espoir d’une occasion de draguer James, mais se fait coiffer au poteau par Rebecca. Mégane lui fait alors découvrir l’univers de son frère : celui du parfait mouton de Panurge qui veut être avocat comme Papa et qui ne s’intéresse aux produits culturels que s’ils sont commerciaux. Mégane incite Vicky à devenir elle aussi une anticonformiste et à ne plus se complaire dans le rôle que ses parents attendent d’elle.

Une nuit au camp d’anglais, les deux filles filent en douce hors de leur dortoir pour aller se baigner au clair de lune. Quand il s’avère qu’elles s’entendent désormais très bien, Mégane décide de dévoiler ses sentiments et embrasse Vicky. Celle-ci, confuse, la repousse et quitte les lieux, se disant dégoûtée. Elle réveille un moniteur en l’aspergeant d’eau dans le but de se faire expulser du camp afin de ne plus avoir à fréquenter Mégane.

Par la suite, Vicky utilisera les informations que Mégane lui a données à propos de son frère pour séduire celui-ci, ce qui fonctionnera. Vicky est maintenant en couple avec James, au grand damne de Rebecca, incrédule que sa petite sœur l’ait surpassée, et de Mégane, blessée d’avoir été rejetée. Une nuit, alors que James la raccompagne chez elle, ils s'embrassent pour la première fois alors que Mégane les observe par la fenêtre de sa chambre. Vicky l'aperçoit et du coup ne sait pas qui, de James ou Mégane, est responsable de l'emportement de son rythme cardiaque à ce moment. Elle vient de découvrir ce qu'est l'amour véritable et se rend alors compte de sa cruauté envers Karine à chaque qu'elle a tenté de saboter ses relations avec Dan ou Albin.

Les Albinos ayant décroché une nouvelle chance avec le producteur (suite aux nombreux coups de fils d'Albin), ils doivent prouver leur succès lors d'un concert. Concert qui a lieu la même nuit où Vicky a sa révélation à propos de l'amour. Ayant envie de se réconcilier avec Karine, elle court lui en faire part après le concert, malgré les menaces d'Albin qui lui avait conseillé de ne plus s'approcher d'eux. Le concert est un succès et le producteur est satisfait. Le groupe est enfin en train de signer le contrat quand Vicky fait son apparition. Elle dit à Karine avoir décidé d’accepter sa relation avec Albin, mais maintient ses accusations à son encontre. Elle ajoute qu'Albin cherche visiblement à contrôler sa vie. Karine, croyant à un nouveau mensonge, en a marre, et lui assène qu'elle « n'a pas de leçon à recevoir de la part de quelqu'un qui connaît l'amour depuis cinq minutes » et qu'elle n'imagine pas « la puissance du lien entre elle et Dan », avant de réaliser son lapsus. Cela n'a pas échappé au producteur qui, craignant que la fragilité du couple Karine/Albin puisse nuire à l'image du groupe, déchire le contrat fraîchement signé. Vicky vient de saboter la carrière des Albinos pour la seconde fois. Elle s'en félicite et s'en va en fanfaronnant et en se moquant d'eux, ayant momentanément oublié les menaces d'Albin à son encontre (alors qu'elle l'en accusait elle-même quelques secondes plus tôt).

Elle rentre chez elle en passant par le parc, quand elle reçoit un texto de Karine lui expliquant qu'elle a croisé Mélanie et lui avouant que finalement, elle a décidé de la croire pour Albin qui pourrait tenter de la tuer, car il aurait déjà essayé de supprimer Mélanie de la sorte (et aussi, qu'elle aurait trouvé trouvé dans les affaires d'Albin des preuves qu'il est un tueur en série). Et justement, Albin était en train de la suivre dans le parc. Vicky réalise enfin que provoquer et détruire la carrière d'un mec qu'elle soupçonne d'être un meurtrier et de s'en vanter était l'une des idées les plus stupides qu'elle ait eues dans sa vie, une autre étant de se promener seule la nuit dans un endroit désert. Albin la salue et tente d'entamer la conversation avec elle, commençant par commenter avec amertume à quel point elle réussit avec brio à lui pourrir la vie. Complètement paniquée et convaincue qu'il s'apprête à l'éliminer par vengeance, Vicky tente de fuir. Albin la poursuit en disant juste vouloir lui parler. Comme elle ne veut pas écouter, il l'attrape par le poignet et la plaque au sol, lui disant de se calmer. Vicky est sauvée de justesse par Vinko, le bassiste des Albinos au visage brûlé, qui assomme Albin par derrière avec un gros caillou. Il demande à la jeune-fille de l'aider à attacher Albin avec des cordes et de le hisser dans le van du groupe garé un peu plus loin. Une fois cela fait, ils prennent place à l'avant du véhicule pour aller livrer Albin à la police. Ou du moins, c'est ce que Vinko prétend...

En chemin, Albin se réveille et Vicky le nargue. Le guitariste ne semble pourtant pas comprendre à quoi elle fait allusion quand elle lui parle de ses meurtres. Il lui annonce alors que ses menaces de mort n'avait jamais été sérieuses, qu'il voulait simplement lui faire peur pour qu'elle prenne ses distances avec Karine et arrête d'importuner le groupe. Il a réalisé qu'il avait sous-estimé leur lien d'amitié et a décidé de s'avouer vaincu. S'il la suivait dans le parc, c'était parce qu'il voulait lui présenter des excuses, mais qu'elle ne le lui en a pas laissé l'occasion. Comme c'est facile d'affirmer cela quand on est attaché à l'arrière d'un van, sur le point d'être livré aux autorités, et qu'on est connu pour être un fin manipulateur du langage, Vicky n'en croit pas un mot. Elle lui parle alors de Mélanie et Albin est encore plus dérouté par cette nouvelle accusation, avant de doucement réaliser la vérité : lui et Vicky se sont tous les deux fait leurrer dans cette histoire ! Vicky finit par remarquer elle aussi que quelque chose cloche : Vinko ne se dirige pas vers le commissariat mais vers un pont ferroviaire...

Le bassiste traverse les rails et gare le van sur le côté. Il sort du véhicule et ouvre le coffre où Albin est prisonnier. Vicky le rejoint, les nerfs à vifs, et lui demande ce que diable il est en train de faire. Celui-ci lui attrape les mains et la ceinture dans le dos. Albin lui explique patiemment qu'au cas où elle ne l'aurait pas encore compris, Vinko est le véritable tueur, qu'il est coupable de la tentative de meurtre de Mélanie, et que leurs heures à tous les deux sont comptées. Vinko, sortant un grand couteau à viande de sa botte, avoue sans peine, et ajoute qu'il a l'habitude de pousser dans le fleuve les personnes qu'il juge mauvaises, le nombre de ses victimes s'élevant à 13 au total. Il prévoyait de tuer Vicky pour avoir victimisé Karine pendant des années et pour avoir saboté la carrière du groupe pour ses plaisirs égoïstes. Il n'avait pas prévu l'intervention d'Albin et est donc obligé de le supprimer aussi, tout en lui faisant porter le chapeau pour tous ses meurtres. Réalisant pleinement ses erreurs de jugement et sa paranoïa qui l'ont poussée à soupçonner la mauvaise personne et à se jeter dans la gueule du loup, Vicky est terrifiée. Elle est à la merci d'un tueur en série et la seule personne à pouvoir la protéger, Albin, est ligotée par sa faute. Elle donne un coup de genou dans les testicules de Vinko et profite de sa douleur pour fuir, mais il se relève très vite et lui assène un violent coup sur la tête qui lui fait perdre connaissance.

Quand elle reprend ses esprits, la première image qu'elle perçoit est celle du fleuve déchaîné sous ses pieds. Vinko l'a hissée par-dessus la balustrade du pont et la maintient par les épaules. Il n'a qu'une impulsion à donner et elle sera expédiée dans le cours d'eau, où elle n'a aucune chance de survie. À quelques mètres, Albin gît dans une flaque de son propre sang, le couteau de boucher enfoncé dans le ventre. Vicky panique et sanglote, tandis que Vinko lui susurre à l'oreille qu'elle a mérité son sort. Il jubile et part dans un rire sardonique. Alors qu'il s'apprête à pousser Vicky, il sent dans son dos le canon d'un revolver : la police est là, grâce aux efforts combinés de Karine, Jenny et Mélanie qui ont dénoué la vérité juste à temps. Même Albin est sauvé in extremis et emmené à l'hôpital. Avec un tel coup de pub, la carrière des Albinos risque de mieux se porter (ce qui n'est pas le cas de leur guitariste).

Peu de temps après, les trois filles passent du temps ensemble sur la plage, commentant de manière douce-amère leurs situations respectives, s'avouant s'aimer les unes et les autres et désirant s'entraider durant ces temps durs. Le principal problème de Vicky est le suivant : bien qu’elle se donne des airs de grand sage et se permette de donner des conseils en amour à Karine et Jenny, elle-même ment à propos de sa relation. Quand Vinko lui a suggéré à l'oreille de penser à la personne qu'elle aime avant son grand plongeon, cette personne n'était certainement pas James.

Un bonheur presque parfait[]

21317578 10155750916144413 4679721665426031074 n.jpg

Vicky semble avoir obtenu tout ce qu’elle désirait : elle sort à présent avec James, au bras du quel elle se pavane en crânant. Ce qui a pour effet de faire la fierté de ses parents qui la traitent à présent comme si elle était la huitième merveille du monde. Vicky fait semblant d’être une fille gentille et mature devant eux, ayant le souci de l’état moral de sa sœur Rebecca (qui a « perdu » la compétition pour avoir James) mais dès qu’ils ont le dos tourné, elle part la narguer à coup de grimaces.

Ce qu'il s'est passé dans le tome précédent avec Vinko ne semble pas avoir changé quoi que ce soit à la mentalité de Vicky. Alors qu'en parallèle, on voit Albin devenu dépressif et en pleine remise en question, le fait d'avoir frôlé la mort et d'avoir été exposée comme personne nuisible n'a même pas produit l'ébauche d'une réflexion chez sa camarade d'infortune. Vicky est déchirée par un autre dilemme : elle n’est pas amoureuse de James mais de Mégane, ce qu'elle n’est pas prête à assumer. D’autant plus que c’est la rentrée des classes et que Mégane ayant récemment emménagé avec sa famille durant l’été, la voici qui fréquente à présent la même école que nos héroïnes.

21231976 10155725885494413 3799551034039861514 n.jpg

Le premier jour, on constate que l'Affaire Vinko a rendu Karine célèbre auprès des élèves : elle fait partie d'un groupe de musique au succès montant dont l'ex-bassiste est un tueur en série. Vicky en prend note et exprime une (pour l'instant légère) jalousie vis-à-vis du fait que Karine est le centre de l'attention. Elle et Jenny sont alors abordées par Mégane, d'humeur joueuse, qui sympathise immédiatement avec Jenny et fait mine de la draguer afin de piquer Vicky au vif. Celle-ci, agacée, s'éloigne avec Jenny aux toilettes. La rouquine a curieusement compris que Mégane était lesbienne (« comme ces filles dans les vidéos cochonnes que regarde le frère de Karine ») et Vicky la convainc que c'est une raison pour ne pas la fréquenter, au risque d'attraper le lesbianisme ( ou « lèche-pianisme » comme Jenny le comprend avec son habituelle manie d'écorcher les termes qu'elle ne comprend pas).

15740837 10154894775394413 7365557249309837296 n.jpg

Vicky passe beaucoup de temps chez James, et doit endurer les conséquences de ses mensonges : il l'oblige à regarder des conférences sur les finances, ses films préférés en version longue, ou à écouter Cheesy Factory. Il croit sincèrement lui faire plaisir de la sorte, car après tout elle a prétendu avoir les mêmes goûts que lui. Vicky éprouve également de plus en plus de difficultés à embrasser James, réalisant qu'elle n'en a pas du tout envie. Mégane habitant la même maison, elle ne se gêne pas pour se promener devant Vicky en bikini histoire de la faire baver de désir.

Quand Mégane sera recrutée en temps que nouvelle bassiste des Albinos, Vicky l'accusera de chercher à l'atteindre via Karine, avec qui Mégane devient amie. Malgré les soupçons de Vicky, il n'en est rien, Mégane n'a été engagée que parce qu'elle a du talent en temps que musicienne. Par ailleurs, ni Vicky ni aucun membre du groupe ne fera jamais de commentaire sur le fait que Mégane intègre une formation composée d'anciennes victimes ayant décidé de combattre les intimidateurs (cela étant la base de leur philosophie et le thème principal de leurs chansons) et qu'elle remplace Vinko, qui a cherché à tuer la fille qu'elle aime car il la considérait comme une intimidatrice. Personne ne relèvera jamais le fait que Vicky a un historique plutôt chargé avec les bassistes des Albinos.

En rentrant chez elle un soir, Vicky surprend ses parents en pleine dispute, se jetant la vaisselle à la figure. Il est difficile de déterminer dans quelle mesure elle comprend que son père est adultère et le couple parental prêt à exploser, mais cela lui donne à réfléchir à propos de sa propre relation avec James, basée sur le mensonge. Là ou Will et Kate sont sur la même longueur d'onde, c'est quand ils observent Mégane et font des commentaires homophobes, plaignant ses parents et se félicitant d'avoir des enfants « normaux ». En les entendant, Vicky est encore plus effrayée par ses sentiments pour Mégane et craint d'être mise à la rue si elle décidait de faire son coming-out.

Jenny et Jean-Franky, la classe et le chic !

Cet album marque le début de la dégradation de l'amitié entre Vicky et Jenny, et cette fois la dispute sera intense au point de faire passer pour des broutilles leurs querelles autour de John-John ou Fred dans les albums précédents. Elles ont toutes deux un nouveau petit ami (James et Jean-Franky) qu'elles utilisent pour préserver leur réputation, mais sont en réalité amoureuses de quelqu'un d'autre (Mégane qui est une fille et Hugo qui n'entre pas dans les critères du beau gosse), ce qu'elles n'assument pas et n'osent avouer à l'autre, préférant lui en mettre plein la vue avec leur copain de façade. Elles organisent des rendez-vous à quatre au restaurant, mais le courant ne passe pas entre les deux couples. En particulier, Vicky apprécie tellement peu Jean-Franky, sa bêtise crasse et son manque de savoir-vivre, qu'elle en vient à envisager de plutôt inviter Karine et Albin (car malgré sa relation tendue avec ce dernier, lui au moins ne se comportera pas comme un homme des cavernes à table). De son côté, Jean-Franky considère Vicky comme une mégère corrompue par l'argent et frustrée que James ne soit pas aussi musclé que lui (car le bonheur d'une femme n'est pas complet sans abdos en béton à tripoter). Il aimerait également que Jenny subisse une augmentation mammaire, et juge normal que Vicky et James paient l'opération (car ils sont riches et leur doivent bien ça). Jenny suivant cet avis et lui forçant la main, Vicky commence à la trouver vraiment lourde.

Un jour, Karine qui reçoit un double-appel téléphonique, de Jenny d'une part et de Vicky de l'autre avec, se trompe d'interlocuteur et révèle accidentellement à Vicky que Jenny est amoureuse d'Hugo. Elle fait promettre à Vicky de garder le silence en échange de faire ses devoirs, mais Vicky garde bien entendu ce nouvel atout dans sa manche au cas où Jenny lui poserait problème.

Arrive le Sweet Sixteen de Vicky, une immense fête organisée dans le jardin pour son anniversaire de 16 ans, où Will, Kate, Pierre et Allison (les parents de James et Mégane) multiplient les ronds de jambes et vantent la réussite de leurs deux familles cristallisée dans le couple Vicky/James. Parmi ses cadeaux, Vicky reçoit une voiture neuve, ce qui ne manque pas de dégoûter Rebecca qui elle n'a jamais eu droit qu'à emprunter de temps à autres la voiture familiale. Mégane ne daigne se montrer que pour invectiver Vicky sur son manque de courage à s’assumer, avant de se retirer à l’écart. Quand Karine vient la saluer et offrir son cadeau (une photo du trio de copines), Vicky remarque qu'elle est seule et qu'elle n'a pas l'air en forme (à cause de sa récente rupture avec Albin), mais Karine lui dit de ne pas s'en préoccuper, que c'est Vicky la reine de la soirée. Les deux filles expriment une fois de plus leur amitié indéfectible, devant une Jenny mal assurée. Celle-ci, accompagnée de Jean-Franky, lui offre un livre de coaching pour que James puisse avoir lui aussi de beaux muscles, ainsi Vicky serait moins frustrée et donc moins « chiante ». Vicky prend sur elle et les congédie par une pique sarcastique qu'ils ne comprennent de toutes façons pas.

Au fil de la soirée, Vicky a le blues et enchaîne les flûtes de champagne. En se rendant du côté de la cuisine, elle surprend une fois de plus ses parents en pleine dispute, cette fois il est clair que le divorce n'est plus loin. De plus en plus déprimée au milieu de ses invités où elle se sent mal à l'aise, elle part rejoindre Mégane à l'écart des autres. L'alcool l’ayant rendue désinhibée, elle lui avoue être amoureuse d’elle et se sentir misérable à l’idée d’être incapable de faire son coming-out, effrayée par l'homophobie de ses parents. Mégane lui promet d’être là pour elle et qu’elles traverseront cette épreuve ensemble. Elles s’embrassent, sans savoir que Jenny les observe.

De retour parmi ses invités et toujours alcoolisée, Vicky se dispute avec Jenny. Les deux adolescentes vident leur sac et révèlent au grand public les sentiments non assumés que l'autre éprouve : Jenny pour Hugo, Vicky pour Mégane. Bien entendu, les parents ainsi que James sont choqués. Vicky se défend en prétendant que Mégane lui a sauté dessus sans son accord, et Mégane confirme cette version pour la protéger. Will et Pierre échangent des coups de poings et des insultes racistes, c’en est fini de l’amitié de façade entre les deux familles. Un orage éclate et Vicky, ayant trop bu, vomit dans sa voiture neuve, dont elle ne pourra jamais profiter.

Peu de temps après, Pierre use de ses connaissances en Droit et en fiscalité pour ruiner Will. Lui et Kate se séparent et James, déçu d'avoir été utilisé par Vicky qui ne l'aimait pas, décide de couper les ponts avec elle. La maison est revendue, Kate s'en va vivre de son côté avec Rebecca, tandis que Vicky va habiter avec son père, qui a loué un appartement avec la femme avec qui il trompait Kate depuis quelques temps : Jennifer, la mère de Jenny.

Vicky et Jenny sont désormais presque des sœurs et doivent partager une chambre minuscule, alors qu'elles se détestent.

Ex, drague et rock'n'roll[]

32169427 10156405710769413 8099159317720072192 n.jpg

Vicky a beaucoup de mal à s'acclimater à sa nouvelle vie. Pour commencer, la petite famille recomposée ne roule pas sur l'or, ce qui change drastiquement de son ancienne vie d'opulence où elle n'avait à se soucier de rien. Elle tente de compenser sa frustration en shopping intensif, mais découvre avec horreur la honte de voir sa carte de crédit refusée pour fonds insuffisants.

Ensuite, dans leur nouvel appartement, elle est forcée de partager sa chambre avec Jenny, désormais sa pire ennemie et qu'elle tient pour responsable de tous ses malheurs. Les Albinos étant partis enregistrer leur premier album, Karine et Mégane ne fréquentent plus l'école (elles profitent des services d'un professeur privé qui accompagne le groupe), où Karine est devenue une véritable vedette. Les élèves, qui jadis se moquaient d'elle, sont maintenant ses plus grands fans. Vicky est bien évidemment jalouse à l'idée que son ancien faire-valoir soit désormais plus populaire qu'elle. Et quand ce n'est pas Karine, c'est Jenny qui est encore et toujours la coqueluche des garçons.

Quant à Mégane, Vicky décide d'ignorer purement et simplement son existence et de se convaincre que ce qui s'est passé entre elles n'a jamais eu lieu, bien que Mégane lui envoie de nombreux SMS auxquels elle ne répond pas.

Vicky n'a pas perdu le contact avec sa mère suite au divorce. Elle et Kate passent régulièrement du temps ensemble. Kate lui fait quelques remarques amères sur sa prise de poids (300 grammes !) et lui suggère de se venger de Jenny, l'ultime coupable de son mal-être. Cette idée fait son chemin dans la tête de Vicky, qui n'attend plus qu'une occasion d'enfoncer son ennemie se présente. Pour cela, elle doit trouver ce qui permet à Jenny de tenir le coup malgré sa déconvenue avec Hugo. Il s'agit de ses admirateurs, les fameux garçons sans cervelle qui la suivent partout en bavant.

Arrive le jour du Défi Rase-Coco, une initiative visant à drainer des fonds pour les enfants atteints du cancer, ayant lieu à l'école, et dont le principe est de se raser le crane. Hugo y participe et Jenny se fait remarquer en montant sur l'estrade où il se fait raser. Complètement dépassée par l'intérêt de la démarche, tout ce qu'elle en retient est que sans cheveux Hugo sera encore plus moche. Celui-ci lui rétorque sèchement qu'elle n'est qu'une personne égocentrique et superficielle. Vicky y voit l'opportunité qu'elle espérait. Pénétrant à pas feutrés dans leur chambre commune où Jenny est occupée à user des mouchoirs suite à ce qui s'est passé, Vicky joue la carte de l'amie compatissante, prétend vouloir faire la paix et vouloir aider Jenny à reconquérir Hugo pour se faire pardonner. Elle lui propose de lui raser le crane, arguant que visiblement le jeune-homme craque sur les filles chauves, en raison de du gras qui lui envahirait le cerveau. Jenny est un peu réticente mais finit par être convaincue qu'elle n'a pas d'autre choix si elle veut lui plaire. Vicky a bien du mal à dissimuler son sourire sadique quand elle se saisit du rasoir pour éliminer les belles boucles flamboyantes de Jenny. Cette scène n'est pas sans rappeler l'épisode où Vicky avait coupé les cheveux de Karine et lui avait choisi des vêtements ne la mettant pas en valeur afin de faire d'elle son faire-valoir.

Jenny se ramène le lendemain à l'école avec la boule à zéro, et vient montrer fièrement le résultat à Hugo, en lui précisant que maintenant qu'elle a fait cet effort pour lui, il a maintenant le devoir de maigrir pour qu'elle n'ait plus honte de lui. Excédé qu'elle n'ait toujours pas compris ce qu'il lui reproche, il décide cette fois de totalement rompre tout contact avec elle. Désemparée, Jenny essaie de se consoler avec ses admirateurs, mais ceux-ci la fuient : sans cheveux, elle a perdu sa beauté et ils ne veulent plus d'elle. Jenny s'effondre de désarroi. Dans l'ombre d'un couloir, Vicky savoure la réussite de son plan : une fois de plus elle est parvenue à bousiller l'apparence d'une de ses amies afin d'en faire une paria.

44794745 10156815808764413 6661056077762658304 n.png

Jenny déprime et Vicky joue de sa naïveté pour qu'elle ne comprenne pas qu'elle lui doit sa déchéance, lui faisant croire qu'elle est toujours son amie et n'agit que pour son bien. Elle en profite également pour changer subtilement son look et devient N°1 sur la liste des filles les plus belles et populaires de l'école. Les admirateurs de Jenny sont désormais aux pieds d'une nouvelle déesse : Vicky. La seule ombre au tableau étant qu'elle est obligée de continuer à fréquenter Jenny pour lui faire penser que leur amitié est intacte, et que celle-ci est considérée comme tellement repoussante que les garçons n'osent pas trop s'approcher d'elle, et donc de Vicky. Celle-ci comprend que si elles traînent ensemble, cela impactera négativement sa propre image à terme. Pour y remédier, elle se choisit une nouvelle meilleure amie, Lara, la N°5 de la liste. Elle explique à Jenny que c'est de la faute d'Hugo qui n'est pas encore convaincu que Jenny n'est pas superficielle, et que, toujours par amitié, elle a décidé de se sacrifier en creusant le contraste entre elles : elle va désormais fréquenter « cette pétasse de Lara », pendant que Jenny de son côté fera tout pour avoir l'air le plus misérable possible. Vicky lui suggère de porter des vêtements informes et de boire du lait (car ça lui donne des boutons), Hugo finira bien par réaliser que Jenny se fiche de son apparence et par conséquent lui tomber dans les bras, n'est-ce-pas ? Décidément naïve, Jenny s'exécute.

Vicky devient alors la reine de l'école, son pouvoir ne rencontrant aucune résistance, et tout lui sourit dans la vie : elle est vénérée comme elle ne l'a jamais été, passe des moments formidables avec sa nouvelle bande d'amis, Lara, et son nouveau petit copain Steven (un footballeur dont elle peine à retenir le prénom, c'est dire si elle éprouve de l'intérêt pour lui). Elle se délecte de la misère de Jenny, toujours plus isolée et malheureuse. Kate est extrêmement fière de sa fille qui a enfin obtenu sa totale approbation. Le seul point gênant (en dehors, on le suppose, des SMS de Mégane), c'est que Karine reste plus célèbre qu'elle, et Vicky a encore des difficultés à masquer sa jalousie. Lorsque les trois amies échangent des conversions via Skype, Vicky monopolise la parole, cherchant à faire comprendre à Karine qu'elle reste celle dont la vie est la plus palpitante, et décline même son invitation à la fête de lancement de l'album des Albinos, car elle a bien plus important à faire. Elle empêche également Jenny de s'exprimer, afin que Karine ne devine pas ce qu'elle lui a fait.

Un jour, Vicky craque devant les questions de Jenny et éclate de rire à gorge déployée. Jenny comprend alors enfin qu'elle la mène en bateau depuis le début. Vicky n'est pas inquiétée pour autant : la réputation de Jenny est détruite et celle-ci n'a aucune chance de se relever. Sa victoire est totale et ce n'est même plus la peine de jouer la comédie. Les deux filles désormais ne se parlent plus et Vicky ne se préoccupe même pas de ce que Jenny devient.

Reste le problème de Karine. Par chance, le coup médiatique de Xander pour que son groupe, les Underdogs, détrône les Albinos au box-office fonctionne, et Vicky se réjouit de pouvoir remettre Karine à sa place. Cette fois pourtant, la victoire sera éphémère et Vicky n'aura pas le temps de savourer que Xander tombe en disgrâce et que les Albinos reviennent sur le devant de la scène. Lorsque le groupe remporte le Prix Révélation, Vicky et ses nouveaux amis les regardent à la télévision. Vicky se force à sourire pour faire croire qu'elle est sincèrement contente du succès de Karine, alors qu'elle est intérieurement dévorée par la jalousie.

Lara, sa nouvelle amie, désire plus que tout être en couple avec une célébrité. Elle voit dans le fait que Vicky et Karine se connaissent l'opportunité de s'approcher des Albinos et d'en séduire un·e. Vicky accepte et toutes deux se rendent, accompagnées de Steven, à la petite fête organisée pour célébrer la victoire du groupe. Karine est une véritable star, encore même d'avantage que ses collègues, Vicky a du mal à l'atteindre pour lui présenter Lara tant elle est accaparée par son fan-club. En voyant Karine esquisser un sourire malicieux en coin, Vicky réalise qu'elle a perdu ; son ancienne victime l'a définitivement surpassée. Pressée par Lara, elle tente de brancher celle-ci avec Albin, Red et Gary, qu'elle appelle hypocritement ses « vieux amis », et qui tous trois leur mettent un vent impérial.

Elle est alors abordée par Mégane, la personne qu'elle cherchait le plus à éviter. Celle-ci lui demande pourquoi elle ignore ses textos et lui rappelle ce qu'elle lui avait dit lors du Sweet Sixteen dans le tome précédent. Toujours dans le déni, Vicky prétend que ses aveux d'amour étaient dus à l'alcool. Patiente, Mégane lui dit qu'elle est prête à l'attendre, mais qu'elle a besoin de savoir qu'elle doit attendre. Furieuse, Vicky l'arrose avec le contenu de son verre de cocktail.

C'est alors qu'Albin prend la parole au micro d'une petite tribune aménagée dans la salle. Il débute par son habituel discours sur les victimes d'intimidation qui décident de ne pas se laisser faire, le message qu'il veut faire passer à travers sa musique. Il dit ensuite avoir été contacté par quelqu'un désirant en profiter pour dire quelques mots à ce sujet, ce qu'il a accepté avec joie car cette personne lui a un jour sauvé la vie. Il l'invite à le rejoindre sur scène et désigne le fond de la salle, où tous les regards se tournent. C'est Jenny ! Elle s'est reprise en main et s'est sortie de sa dépression, s'offrant un nouveau look très glamour couronné par une élégante coupe à la garçonne, ses cheveux ayant repoussé. Elle se saisit du micro, et explique qu'en matière d'intimidation, elle n'est pas une victime, mais plutôt un bourreau, qu'elle n'avait jamais réalisé le mal qu'elle a pu faire mais qu'elle le regrette sincèrement. En particulier, elle aimerait demander pardon à Hugo pour son comportement. Dans le public, Steven se moque d'elle discrètement en faisant un coup de coude à Vicky : « Elle nous fait quoi, là ? Son coming-out, genre ‘J’aime les obèses’? »[1] sans savoir que sa petite amie se débat elle-même contre des sentiments qu'elle n'assume pas. Jenny avoue devant toutes les personnes présentes qu'elle est amoureuse d'Hugo et qu'elle est prête à être vue avec lui en public, au point qu'elle s'est même fait tatouer son prénom sur le cœur. Hugo est présent (vraisemblablement invité par Albin qui est de mèche avec Jenny), il fend la foule pour rejoindre sa bien-aimée sur l'estrade et l'embrasse tendrement. Dans le public, Vicky réalise qu'elle n'a en réalité pas détruit Jenny comme elle l'avait pensé, mais qu'au contraire cette dernière a mûri et se voit récompensée d'un bonheur véritable avec Hugo, le garçon qu'elle aime.

En proie au doute et ne sachant plus où elle en est, Vicky fuit vers les toilettes pour s'y effondrer en larmes. Tout se bouscule dans sa tête : sa peur de sa mère, son envie d'être comme les autres, son amour pour Mégane. Elle comprend que sa jalousie et sa méchanceté l'empêchent d'être heureuse. Jenny entre alors dans les toilettes, non pas pour la narguer, mais pour la consoler, lui pardonnant ce qu'elle lui a fait. Elle l'incite à suivre son exemple et à aller parler avec Mégane comme elle l'a fait avec Hugo. Vicky suit ce conseil, annonce à Steven (qui n'a rien remarqué) qu'elle rompt avec lui, et s'en va en quête de Mégane.

Le cœur battant, elle cherche sa dulcinée qui semble avoir disparu. Elle finit par la retrouver dans l'arrière-salle...

...en train d'embrasser Lara, qui est enfin parvenue à emballer une Albinos et pourra se vanter de sortir avec une célébrité. Eh oui, Mégane était prête à attendre Vicky, mais le cocktail dans les cheveux fut le coup de trop : puisqu'elle la rejette continuellement, elle est allée voir ailleurs ! Elles ne remarquent pas la présence de Vicky qui s'en va discrètement.

À nouveau assommée par le chagrin, elle revient vers Steven (qui n'a toujours rien remarqué et était déjà en train de faire la cour à une autre fille), elle l’attrape par le bras avant de quitter les lieux avec lui et un plateau de brownies qu'elle avait volé au passage.

Deux mois plus tard, Vicky est redevenue obèse à force de s'empiffrer de chocolat suite à son chagrin d'amour. Elle déprime dans son coin pendant que Jenny et Hugo se câlinent et que les Albinos préparent une tournée internationale.

Références[]

  1. Les Nombrils, tome 8: Ex, drague et rock'n'roll, p. 43

[]

Advertisement