Wiki Les Nombrils
Advertisement

Albin, de son vrai nom Alain Delon (rien à voir avec l'acteur homonyme) est un personnage secondaire des Nombrils. Il est le leader et fondateur du groupe de musique Albin et les Albinos.

C'est lui qui orne la tranche de la couverture du tome 6 : Un été trop mortel.

Apparence[]

Albin est atteint d'albinisme, il a donc le teint très pâle, des cheveux blancs et des yeux rouges. Ses cheveux présentent deux épis rebelles qui ressemblent à des cornes de diable, pour représenter sa nature ambivalente. Il souffre d'un problème de vue, comme le montre un flash back de sa jeunesse où il portait des lunettes de correction.

Dans le même passage, on révèle qu'il avait teint ses cheveux en noir pour tenter de cacher sa condition (ce qui n'a pas fonctionné, on l'a reconnu). Peu après, Albin a décidé d'assumer à fond sa différence, et même de la souligner, en ne portant que des vêtements blancs (avec de temps à autres une touche de rouge) et des lunettes aux verres colorés en rouge (sans qu'il soit précisé si elles lui corrigent également la vue). Sa tenue la plus iconique comprend une chemise aux manches retroussées et une cravate.

Albin lors de sa première apparition

Il est à noter que les membres de son groupe adoptent ses couleurs pour leur personnage scénique, allant jusqu'à porter des perruques blanches. Ils ont aussi un pendentif ayant la forme du logo du groupe, mais Albin lui-même ne l'a porté qu'une seule fois dans la série (il faut dire que ce n'est pas esthétiquement compatible avec la cravate).

Bien que cela n'ait jamais été vu (mais évoqué), il a une cicatrice au ventre après les événements de Un été trop mortel, dans lequel Vinko l'a poignardé à cet endroit.

Vicky le surnomme « Blanche-Neige » et aime le traiter d’enfariné.

En plus d'être un des rares personnages à avoir des iris colorés (ici rouges), Albin est le seul a avoir été dessiné avec des pupilles, du moins dans Duel de belles et Un couple d'enfer, dans les albums suivants il n'en a plus.


Personnalité
[]

Albin possède un sens de l'observation, de l'analyse et de la synthèse impressionnant. Il remarque le moindre détail et est capable à partir de là de faire des déductions surprenantes, ce qui lui permet de cerner un problème ou une personnalité en un temps record. Ce talent, couplé avec sa maîtrise de l'éloquence et de la répartie, fait de lui un orateur redoutable. Dans sa planche d'introduction, il lui suffit d'observer les trois héroïnes pendant quelques secondes pour être capable de composer en direct des chansons qui résument efficacement leurs personnalités et leur dynamique, le tout en rimes. Bien que rien ne soit dit à ce sujet, il y a une forte possibilité qu'il soit un surdoué .

Son albinisme (et peut-être aussi son intelligence) lui ayant valu d'être victimisé dès son plus jeune âge (au point d'être accusé d'être responsable de la mort de 19 personnes dans un incendie en réalité provoqué par ses bourreaux[1]), Albin a été confronté très tôt aux aspects les plus tordus et sombres du genre humain, et cela lui a façonné au fil des années une personnalité cynique. Il est notamment convaincu que l'amour véritable n'existe pas, et que l'on n'aime que par intérêt pour ce que l'autre peut apporter. Il parle de n'importe quel sujet émotionnel de façon froide et détachée ; même quand il fait preuve d'arrogance et/ou d'égoïsme, il l'admet platement comme si ça lui été égal, considérant même que sa lucidité le rend supérieur. Il est intransigeant (voire psychorigide). Il est aussi un manipulateur chevronné, un fin tacticien qui aime prévoir plusieurs coups à l'avance.

S'il ne croit pas en l'amour, cela ne l'empêche pas d'éprouver de l'attraction physique pour autrui, et il semble avoir un faible pour les filles avec un look gothique, tout en noir et violet (car avec son propre style en blanc et rouge, cela constitue un contraste esthétique rappelant le Yin et le Yang).

Néanmoins, il surestime ses capacités de déduction, se vante d'être capable de « lire dans les gens » et de ne jamais se tromper. Il fait montre de beaucoup d'assurance et de suffisance à ce sujet (ce qui lui jouera de très très vilains tours). Il pense savoir mieux que les autres ce qui est bon pour eux, et les manipule en étant convaincu de le faire pour leur bien. Au moins, il est sincère dans cette conviction que « parfois, il faut tordre la réalité », n'est pas motivé par ses désirs immédiats et égoïstes et n'est pas hypocrite (contrairement à, par exemple, Vicky). En vrai, Albin est plutôt atteint du syndrome du Sauveur (à cela près qu'il ne cherche pas à rendre la Victime dépendante de lui et redevable à vie, mais plutôt lui apprendre à s'en sortir seule pour se féliciter d'être celui qui l'a « réparée »).

Paradoxalement, ce portrait du parfait pessimiste se contraste d'un côté plus idéaliste, pour ne pas dire doux rêveur : plutôt que de se laisser sombrer dans le désespoir suite à toutes les persécutions qu'il a endurées, Albin a décidé de devenir le porte-parole des victimes d'intimidation à qui il veut redonner du courage en dénonçant leurs bourreaux à travers sa musique. Il est le fondateur et leader d'Albin et les Albinos, un groupe de rock dont tous les membres ont un passé douloureux et sont désireux de prendre leur revanche sur la vie. Albin espère amener, grâce à ses mots, les gens à réfléchir à ce problème, et qu'ensemble ils puissent construire un monde meilleur où règne la tolérance. Cet aspect de lui est naïf et candide, et surtout peu compatible avec la réalité de l’industrie musicale. Quand le groupe commencera à être reconnu, Albin tentera de rester intègre malgré le fait que qu'on roule au bulldozer sur son rêve et son message.

Albin chez lui

Albin est un personnage souvent montré comme effrayant, beaucoup plus qu'il ne l'est en réalité, dans le but de créer une ambiance angoissante pour le lecteur. Tout cela est dû à une combinaison entre : son aspect physique (le trope de l'albinos fou dangereux que l'on retrouve dans beaucoup de fictions) ; sa perspicacité trop précise (au point que Karine le soupçonne à un moment donné de l'espionner avec des caméras cachées alors qu'il n'en est rien, il a juste un sens de la déduction logique vraiment très affûté) ; sa manière froide et insensible de s'exprimer (s'il dit en plaisantant qu'il compte tuer Vicky, même ses plus proches amis le prennent au sérieux) ; son passé mystérieux (bien qu'innocent dans l'affaire de meurtre de masse dont on l'a accusé, difficile de se défaire d'une telle réputation) ; et l'impression qu'il a toujours un coup d'avance et tire les ficelles dans l'ombre. Sans oublier le fait qu'étant donné que la narration n'adopte jamais son point de vue, on ne peut jamais dire avec certitude ce qu'il pense vraiment. L'opinion que le lecteur a d'Albin se forge avant tout au travers du filtre des autres personnages (qui ont tendance à soit l'idéaliser, soit le diaboliser).

Le dernier point concernant la personnalité d'Albin est qu'il est parfois d'humeur taquine, et qu'il aime faire tourner en bourrique les gens qu'il estime déplaisants en retournant contre eux leurs propres défauts, comme en témoignent ses premières confrontations avec Vicky et Jenny.

Relations[]

Le peu qu'on connaisse de la famille d'Albin est que le patronyme est Delon, et que ses parents ont dès lors jugé spirituel de le prénommer Alain pour qu'il devienne l'homonyme d'un acteur célèbre (spoiler : ça tourne mal). On ne sait rien à leur sujet, pas même s'ils sont encore en vie. Et s'ils le sont, que leur fils soit poignardé dans le ventre par son meilleur ami ne semble pas être suffisant pour les décider à lui rendre visite à l'hôpital.

Le meilleur ami en question est Vinko, le bassiste des Albinos. Lui et Albin se connaissent depuis l'enfance, où ils ont affronté ensemble du harcèlement scolaire suite à l'incendie qui défigura l'un et salit à tout jamais la réputation de l'autre. La relation entre Albin et Vinko est très forte, presque fraternelle, ce qui entraînera Albin dans une des (sinon la) plus grosses erreurs de jugement de sa vie : lui qui cerne si bien les gens ne remarquera pas que son meilleur ami est un tueur en série. Le reste de son cercle amical semble se limiter aux autres membres du groupe : Gary, Red et (dans une moindre mesure peut-être) Mégane.

Si Albin n'est pas un séducteur (en tous cas pas dans le sens classique où on l'entend, ce n'est ni un pervers ni un Don Juan), il affiche un grand nombre de conquêtes : 12. Il s'agit de filles timides qu'il a transformées en femmes fortes (en leur apprenant à s'affirmer, en changeant de look et en devenant temporairement choristes dans le groupe). Il n'éprouvait aucun sentiment pour elles (puisqu'il ne croit pas en l'amour) mais les voyait comme un défi personnel, devenant leur coach de vie. Une fois qu'il les jugeait aptes à voler de leurs propres ailes, il les larguait, ayant accompli sa mission. Cette méthode, répétée à chaque fois, échouera en deux occasions : tout d'abord Anna (le Cas#3), qui ne parviendra jamais à l'oublier et développera une obsession pour lui, et surtout Karine (le Cas#12), qui brisera le cycle. À la surprise générale mais surtout celle d'Albin, il tombera amoureux de Karine alors que cela contredit même ses principes. Après y avoir résisté pendant un temps, il finira par l'admettre (et sa façon de le lui déclarer trahira un sérieux manque de compétences sociales en la matière). Mais ce sera trop tard : Karine aura entre temps découvert toutes ses manipulations et ne pourra plus lui faire confiance.

Histoire[]

Avant la série[]

Le petit Alain fut persécuté durant toute son enfance par ses camarades de classe à cause de sa différence. Jusqu’au jour où alors qu’il avait 11 ans, durant une semaine de classes de neige, deux garçons qui adoraient particulièrement le torturer mirent des braises ardentes dans son lit. Réveillé en sursaut, Alain sortit du chalet et les deux petits tyrans l’enfermèrent dehors, en pyjama et pieds nus dans la neige. C’est alors qu’ils réalisèrent que les braises avaient mis le feu aux draps et bientôt le chalet fut en flammes. Coincé à l’extérieur, Alain regarda, impuissant, sa classe se consumer. 19 morts. Lors de l’enquête, les deux coupables qui avaient survécu, incapables d’assumer la mauvaise tournure qu'avait prise leur « blague potache », accusèrent leur victime préférée d’avoir volontairement mis le feu pour se venger des brimades qu’on lui faisait subir. Ils prétendirent même qu’il aurait crié : « Je vais faire un monde meilleur ». Finalement, la vérité fut établie et Alain innocenté. Deux articles furent publiés à propos de cette tragédie : un qui l’accuse, et un qui l’innocente[2].

Mais le mal était fait et les habitants de la ville préférèrent entretenir le mythe de l’albinos maléfique et surnommèrent Alain « le démon blanc ». Alain passa son adolescence traité en paria et rejeté de tous. Son seul ami était Vinko, un garçon dont les autres se moquaient du prénom à consonance slave en l’appelant « Bingo ». Vinko était dans le chalet en feu et s’en sortit avec la moitié du visage brûlée. Les deux garçons grandirent ensemble et apprirent à jouer de la guitare.

Adolescent, Alain essaya de cacher son albinisme en se teignant les cheveux en noir pour pouvoir travailler dans un supermarché, mais se fit quand même repérer et tabasser par une ménagère hargneuse avec une botte de céleri. Ensuite, il décida de ne plus cacher sa différence mais plutôt de la souligner au contraire, afin de « refuser d’être une victime ». Ainsi, il se rebaptisa Albin (pour passer de A à B), se mit à se vêtir en blanc avec des lunettes rouges, et avec Vinko fonda un groupe dont le nom rappelle leur passé douloureux : Albin et les Albinos. Ce changement d’attitude lui donna une confiance en lui qui le rendit très charismatique. Tous les membres du groupe sont des ex-victimes d’intimidation et leurs chansons sont engagées. Leur but est d’utiliser la musique pour dénoncer les intimidateurs. La phrase « Je vais faire un monde meilleur », initialement connotée négativement par les deux bourreaux, fut reprise comme symbole, réappropriée dans un sens positif.

Entre le moment où Albin a changé de look et fondé le groupe, et sa première apparition dans la bédé, énormément de choses se sont passées sans qu'il soit possible de les situer chronologiquement de manière précise : il a rencontré Gary (son batteur), Red (son claviériste), a géré la carrière naissante du groupe tout en étant parallèlement musicien de rue (il propose des chansons personnalisées aux passants) et a eu le temps de sortir avec onze filles pour les transformer en devenant leur coach de vie.

Duel de belles[]

Albin chantant une chanson personnalisée sur Jenny et Vicky

Alors que le trio de protagonistes se promène dans la rue, Vicky et Jenny ignorant l'état de dépression dans lequel est Karine à cause de l'affaire Dan/Mélanie, elles rencontrent Albin qui propose de leur composer des chansons personnalisées, affirmant qu'il est un fin analyste de la nature humaine et qu'il est capable de cerner la personnalité de quelqu'un en très peu de temps. Vicky et Jenny n'en croient rien, se moquent de lui et de son apparence (« On n'a pas de conseil à recevoir d'un type qui se douche à l'eau de javel ! »). Alors qu'elles s'apprêtent à passer leur chemin en ricanant, Karine leur demande d'attendre, car elle est intéressée par la proposition d'Albin. Celui-ci lui demande son nom et commence à chanter pour elle, les paroles évoquant le fait qu'elle est triste et sent seule. Il n'a pas le temps de finir, car Vicky et Jenny, vexées de voir un individu de sexe masculin porter plus d'attention à Karine qu'à elles, font volte-face et interrompent la chanson, exigeant qu'Albin leur en compose une sur le champ. Karine insiste pour qu'il termine d'abord celle qui l'avait entamée pour elle, et Vicky lui rétorque qu'elle est égocentrique d'exiger cela. Jenny ajoute qu'une chanson inspirée d'elle et de Vicky sera certainement de qualité supérieure. Albin reprend sa guitare et s'exécute, mais au lieu de leur offrir la chanson qu'elle veulent (une ode à leur beauté et à leur magnificence), il leur donne la chanson qu'elles méritent. Les paroles sont criantes de vérité : elles sont en manque d'attention, sans doute à cause d'une blessure cachée, et en réaction elles malmènent injustement les autres et s'habillent comme des prostituées afin d'avoir des garçons à leurs pieds. Bien entendu, elles ne retiennent que la dernière partie et arrosent le musicien avec des boissons pleines de colorant ( pour lui « donner des couleurs »)[3].

Albin et Karine se revoient alors que celle-ci fait des courses dans une supérette à l'entrée de laquelle Albin travaille[4]. Il l'interpelle et prend de ses nouvelles. Il apprend qu'elle est victime de fausses accusations pour tentative de meurtre (ce qui n'est pas sans rappeler à Albin comment lui-même a été accusé d'avoir tué 19 personnes dans la tragédie de la classe de neiges). Albin comprend que Karine est aussi une victime de manière plus générale, ayant observé la façon dont Jenny et Vicky, ses soi-disant meilleures amies, la traitent. Il chante à nouveau la chanson qu'il lui avait composée l'autre jour, cette fois en entier, et lui révèle donc qu'elle n'a pas à se laisser faire, qu'elle doit refuser d'être une victime. Cela redonne à la jeune-fille beaucoup de courage. Albin lui donne également un conseil sur la manière de gérer les personnes se croyant supérieures et cherchant à dominer les autres : il faut flatter leur égo jusqu'à ce que leur tête enfle telle une montgolfière, ainsi elles deviennent faciles à diriger à leur insu. Albin fait référence à Jenny et Vicky sur le moment, mais Karine utilisera ce tuyau pour piéger Mélanie, celle qui l'a accusée à tort.

Albin et Karine se revoient hors-champ à plusieurs reprises avant la fin du tome, car une complicité se tisse entre eux, et la jeune fille est de plus en plus attirée par son sauveur qui l'a aidée à remonter la pente. Albin de son côté décide qu'elle sera la douzième de sa liste de filles transformées, et l'incite à changer de look vestimentaire afin de tourner la page sur son existence de victime. Elle adopte un style tout en noir, un choix qu'elle croit être entièrement le sien. À la fin de l'album, les deux jeunes gens sont en couple, ce que Jenny et Vicky ignorent toujours[5].

Un couple d'enfer[]

Malaise...

Albin a pris Karine sous son aile et, comme pour les onze filles précédentes, continue de superviser sa métamorphose. Il l'invite dans son appartement le même jour où est programmée une répétition avec le groupe. Karine fait ainsi la connaissance de Vinko, Gary et Red. Alors qu'elle se dirige vers la sortie pour ne pas les déranger, Vinko lui suggère de rester pour faire les chœurs. Cette proposition semble fortuite sur le moment, mais quand deux tomes plus tard on apprendra qu'Albin a l'habitude de récupérer des filles timides pour les transformer en femmes fortes en sortant avec elles et en les intégrant au groupe, cela ressemble d'avantage à une comédie déjà bien rodée (Karine étant la douzième à qui ils font ce coup). Elle deviendra effectivement choriste des Albinos, comme ses prédécesseuses.

Albin est réellement soucieux de son bien-être, et dans cette optique, il veut également la protéger des mauvaises influences (sans réaliser que cela inclut lui-même). Au départ, il n'est pas très inquiet car l'entourage de Karine qu'il juge néfaste pour elle ne lui paraît pas être difficile à mater. Dan, l'ex-petit ami de Karine qui l'a trompée et laissée tomber pour Mélanie, tente de la reconquérir pour regonfler son image mise à mal par sa trahison, mais Albin le perce à jour. Dan se rend chez lui pour lui dire qu’il le trouve pas net, sans la moindre preuve ni même l'ombre d'un indice pertinent. Ce à quoi le guitariste le remet à sa place en lui disant qu’il ne l’accuse que pour oublier sa propre culpabilité, pour se sentir autre chose que le salaud adultère qui n’a pas eu confiance en Karine et l'a fait souffrir, et qu'il aimerait faire de son rival le méchant de l’histoire pour en devenir le héros. Ce qui est une mauvaise motivation, basée sur l'égoïsme. Même si Dan ne l'admet pas sur le moment, cette tirade fait mouche.

Mais s'il y a bien un point commun entre Dan et Albin, c'est qu'ils ont tous deux sous-estimé le potentiel de nuisance de Jenny et (surtout) Vicky. Albin pense dans un premier temps que les deux bimbos ne sont que de stupides petites pestes qu'il est facile de faire mousser, avant de réaliser qu'elles sont redoutables pour ce qui est de vouloir contrôler la vie de Karine et de lui imposer leur vision du monde afin d'en faire leur esclave obéissante. Dès qu'elles découvrent qu'Albin et Karine sont ensemble, elles cherchent à détruire leur couple. Non seulement elles sont particulièrement imaginatives et culottées pour arriver à cette fin, mais en plus, Karine a tendance à facilement leur pardonner sans même qu'elles aient besoin de montrer des remords sincères. Et ce, malgré l'insistance d'Albin à l'inciter à ne plus se laisser marcher dessus. Comme Dan avant lui, il commence à sérieusement réfléchir à un moyen de soustraire Karine à l'influence des deux chipies...

Si Jenny se révèle au final peu dangereuse (elle est plus bête que méchante et, suite à une dispute avec Vicky, décide de rejoindre le camp des Albinos et de s'habiller comme Karine), Vicky ira très loin dans ses tentatives pour nuire à Albin : fausse lettre de menaces anonyme, vol de courrier, diffamation,... Elle ira même jusqu’à accuser ce dernier d’être le gourou d’une secte laveuse de cerveaux, « la secte des albinos ». Mais il voit clair dans son jeu et ne tombe pas aisément dans ses pièges, en général il parvient plutôt à retourner ses coups contre elle. Grâce à lui, Karine apprend à se méfier et à s'affirmer, ce qui a pour effet qu'elle aussi commence à déjouer les plans de Vicky. Un fossé se creuse entre les deux amies, et entre Albin et Vicky débute une guerre d'influence.

En dernier recours, Vicky s’associe avec Dan après que Jenny ait retourné sa veste. Ils effectuent des recherches sur Albin dans l’espoir de dénicher des dossiers compromettants à son sujet et pouvoir clamer sur tous les toits qu’ils avaient raison. Par le plus grand des hasards, ils découvrent l'histoire de la classe de neige et s'empressent d'aller le révéler à Karine. Trop heureux d'avoir enfin l'argument massue qu'ils espéraient contre lui, ils s'arrêtent à la version où il est coupable, ne poursuivent pas leurs recherches plus loin et passent à côté de la vérité. Albin n'aura besoin que de quelques secondes pour sortir la preuve de son innocence et que cette accusation était une diffamation, faisant de la sorte s'évaporer leurs espoirs de l'éloigner de Karine. Dan est soulagé de la savoir en sécurité et confus de son attitude. Vicky de son côté est dégoûtée à l'idée d'avoir raté son coup et formule sa détermination à prouver qu'Albin est bien le monstre qu'elle voudrait qu'il soit. Karine se met en colère, Dan tente de la tempérer dans son jugement en l'incitant à ne pas être trop sévère envers Vicky, ce qui n'a pour effet que de l'énerver d'avantage. Elle les met tous les deux dehors. Dans sa fureur qu'elle ne peut plus quitter, elle congédie également Jenny à coup de pied au derrière alors que celle-ci avait pourtant fait le seul commentaire sensé (à savoir que dans l'hypothèse où Albin aurait été effectivement coupable, Karine aurait préféré le savoir).

Lors d'une sortie shopping du groupe pour acheter des vêtements de scène pour Karine, ils tombent sur Mélanie. Karine étant encore fâchée sur celle-ci, elle lui hurle dessus assez méchamment, et lui conseille de se jeter dans le fleuve. Plus tard, Mélanie sera retrouvée effectivement dans l'eau à l'article de la mort et sera dans le coma jusqu'à son réveil en fin d'album, tout le monde pense alors à une tentative de suicide.

Le premier concert de Karine, au Café Yin Yang, se prépare. Un jour, Albin la surprend en train de lire un poème que Dan lui a offert pour se faire pardonner et qui visiblement la touche. Elle s'empresse de déchirer le bas de la page portant la signature de Dan et ment à Albin en prétendant qu'il s'agit d'un poème qu'elle a écrit pour lui. Déçu qu'elle pense encore à un garçon qui l'a fait souffrir mais néanmoins convaincu qu'elle finira par l'oublier avec le temps, Albin décide de jouer le jeu, faisant croire à Karine qu'il a gobé son mensonge. Il emporte le poème avec lui (car après tout, c'est son « cadeau ») et met au point un plan pour se débarrasser du rival gênant de manière définitive pour aider Karine à passer à autre chose plus vite. Il invite Dan à leur concert, et fait lire le poème en public à Karine. Elle s’exécute, morte de honte. Assis dans le fond de la salle, Dan se sent trahi. Cela porte le coup de grâce à son amour pour Karine et il part sans regret aller vivre avec son père à New-York.

En coulisse, Albin révèle ce qu'il a fait à Vinko, qui trouve cela dégueulasse mais est néanmoins admiratif. Il ajoute qu'il a également donné un coup de pouce pour éloigner Jenny et Vicky de Karine, même s'il ne précise pas ce que concrètement il a fait dans ce sens (et quiconque connaît un tant soit peu Vicky sait qu'elle n'a pas besoin du concours d'un tiers pour s'enfoncer toute seule).

Cette victoire est de courte durée, car Karine arrive pour lui annoncer qu'elle s'est réconciliée avec ses deux amies.

Un été trop mortel[]

Vicky semble s'être donné pour mission de se faire détester d'Albin coûte que coûte. Après l'avoir accusé d'être un gourou de secte, nuit de manière continue à Karine, tenté de briser leur couple, déterré son passé afin de le discriminer, elle décide de saboter sa carrière musicale juste pour satisfaire un de ses caprices immédiats. Karine lui ayant confié qu’ils allaient rencontrer un producteur et qu’ils avaient la chance de décrocher un contrat avec une maison de disques, Vicky ruine cette chance pour que Karine ait plus de temps libre (à lui consacrer cela va sans dire).

Toujours assistée de sa fidèle Jenny, elle engage leurs admirateurs (que Jenny embrasse en guise de remerciement) pour répandre des

Albin et les Albinos avec le producteur

commentaires mensongers et peu flatteurs sur les Albinos juste au moment où ceux-ci discutent avec le potentiel producteur à une terrasse, afin de le dissuader d'investir dans leur talent. Le plan fonctionne et les Albinos ne décrochent pas de contrat ; mais alors que Karine invite tout le monde le soir même dans un bar pour dissiper les tensions entre ses deux meilleures amies et le groupe, Albin devine que les deux chipies sont responsables du sabotage et joue de la sottise de Jenny pour qu’elle dévoile leur machination devant tout le monde. Karine est furieuse de la trahison et gifle ses deux amies.

Les quatre garçons du groupe se réunissent pour un bilan. Il apparaît que Jenny, mais surtout Vicky, le cerveau du duo, sont une menace pour leur carrière. Gary est si en colère qu'il casse la basse de Vinko de rage et Red suggère qu'Albin se dépêche de larguer Karine et la vire du groupe, ce qui ferait disparaître ses amies de leurs vies en même temps qu'elle. Mais Albin s'y refuse, car le problème n'est pas Karine mais Vicky. Il déclare que la meilleure solution serait de l'éliminer... après un instant de flottement, il avoue que ce n'était qu'une plaisanterie.

Vicky est tellement mécontente de ne plus arriver à manipuler Karine et à la monter contre Albin qu’elle téléphone à Albin pour lui dire qu’il est mauvais parce qu’il manipule Karine et la monte contre elle. Tombant sur son répondeur, elle laisse un message disant qu’elle veut en discuter face à face avec lui, mais Jenny qui est à côté d’elle lui arrache le combiné des mains et se met à hurler des insultes qu’elle croit nécessaires à l’encontre du musicien. C’est à ce moment-là que Murphy débarque, amenant le problème suivant : Vicky avait tellement peur d’être envoyée au camp d’anglais qu’elle a demandé à Murphy de pouvoir copier sur lui à l'examen, contre paiement en nature. Le hic, c’est qu’elle lui avait promis un baiser sur la bouche mais s'est débinée à la dernière seconde. Comme compromis, elle lui a lui suçoté les orteils (ce après quoi elle s’est gargarisée au détergent). Mais Murphy n’est pas satisfait et menace de la dénoncer à son père s’il n’a pas un vrai bisou. Jenny, qui s’en veut d’avoir encore fait foirer le plan de Vicky contre Albin, se propose d’embrasser Murphy à la place de son amie...mais n’y parvient pas et abandonne après s’être vomi dessus trois fois de suite ! Les deux filles ne réalisent pas que cette idiote de Jenny a oublié de raccrocher le téléphone après avoir insulté Albin, ce qui a permis à celui-ci d'écouter toute leur conversation.

Finalement, Murphy ne dénoncera pas Vicky, mais Albin si. Du coup, elle est forcée d’aller dans l’abominable camp d’immersion qui hante ses cauchemars, tandis que les Albinos sont enfin débarrassés d'elle et de ses coups retors.

Ayant appris qu’Albin a raconté à Karine que selon lui elle n’aime personne d’autre qu’elle-même, Vicky se rend chez lui pour lui administrer un coup de poing, et s'apprête à partir en le raillant, fière de son coup (dans tous les sens du termes). C’est là que triomphant, Albin lui révèle que c’est lui et non Murphy qui l’a dénoncée à son père pour l’examen d’anglais. Vicky le menace d'encore le frapper, mais Albin réplique en lui faisant comprendre que si elle tient tant à s'aventurer sur ce terrain, elle risque d'y laisser sa peau : il la considère comme une influence tellement mauvaise pour Karine qu’il se pourrait qu’il en vienne à vouloir se débarrasser d'elle de façon plus radicale. Vicky s’enfuit en courant, persuadée d’avoir affaire à un meurtrier psychopathe. Elle tente de tout expliquer à Karine, mais cette fois, celle-ci ne la croit pas. À force de l'entendre crier « Au loup ! », elle ne lui fait plus confiance.

Le temps passe et il semble que le plan pour se débarrasser de Vicky fonctionne. Mais il y a un autre souci : Karine est encore loin de parvenir à oublier Dan, dont elle lurke le Facebook en se cachant d'Albin, qui n'est pas dupe pour autant. Il sait que parce que Dan est le premier à lui avoir prouvé qu'elle pouvait être aimée, il aura toujours une place de choix dans son cœur, même lorsqu'elle sera passée à autre chose, les premières amours fonctionnant généralement ainsi. Albin lui fait savoir qu'il est au courant, et ne s'en offusque pas, d'abord parce qu'à ce moment-là il compte toujours la larguer une fois qu'elle sera devenue assez forte pour s'en sortir sans lui, mais surtout parce que pour lui l'amour n'est qu'un concept galvaudé. Il sous-estime néanmoins l'attachement que Karine garde pour Dan, tout comme il ne remarque pas que pour une fois, il est lui-même en train de tomber amoureux.

Les Albinos ont décroché une nouvelle chance avec le producteur (suite aux nombreux coups de fils d'Albin), et doivent faire leurs preuves lors d'un concert. Ce qui sera un succès, le producteur est satisfait. Mais lors du concert en question, Vicky réapparaît, malgré les menaces d'Albin qui lui avait conseillé de ne plus s'approcher d'eux, alors que le groupe est enfin en train de signer le contrat. Elle dit à Karine avoir décidé d’accepter sa relation avec Albin, mais maintient ses accusations à son encontre. Elle ajoute qu'Albin cherche visiblement à contrôler sa vie. Karine, croyant à un nouveau mensonge, en a marre, et lui assène qu'elle « n'a pas de leçon à recevoir de la part de quelqu'un qui connaît l'amour depuis cinq minutes » et qu'elle n'imagine pas « la puissance du lien entre elle et Dan », avant de réaliser son lapsus. Cela n'a pas échappé au producteur qui, craignant que la fragilité du couple Karine/Albin puisse nuire à l'image du groupe, déchire le contrat fraîchement signé. Vicky vient de saboter la carrière des Albinos pour la seconde fois. Elle s'en félicite et s'en va en fanfaronnant et en se moquant d'eux, ayant momentanément oublié les menaces d'Albin à son encontre (alors qu'elle l'en accusait elle-même quelques secondes plus tôt).

Albin est anéanti. Il réalise que l'amitié de Karine pour Vicky le dépasse, tout comme les sentiments qu'elle éprouve encore malgré elle pour Dan. Il est allé trop loin avec ses menaces de mort et commence à se remettre en question. Il décide de rattraper Vicky pour lui présenter des excuses. On imagine la réaction hallucinée de Vinko quand il lui a fait part de ce projet.

Sachant que Vicky doit passer par un parc pour regagner son foyer, Albin part l'y rejoindre alors que la nuit tombe, ce qui rend le décor inquiétant. Il la salue et tente d'entamer la conversation avec elle, commençant par commenter avec amertume à quel point elle réussit avec brio à lui pourrir la vie. Complètement paniquée et convaincue qu'il s'apprête à l'éliminer par vengeance, Vicky tente de fuir. Albin la poursuit en disant juste vouloir lui parler. Comme elle ne veut pas écouter, il l'attrape par le poignet et la plaque au sol, lui disant de se calmer. Vicky est sauvée de justesse par Vinko, qui assomme Albin par derrière avec un gros caillou. Il demande à la jeune-fille de l'aider à attacher Albin avec des cordes et de le hisser dans le van du groupe garé un peu plus loin. Une fois cela fait, ils prennent place à l'avant du véhicule pour aller livrer Albin à la police. Ou du moins, c'est que Vinko prétend...

En chemin, Albin se réveille et Vicky le nargue, lui annonçant qu'il ira en prison pour tous les meurtres qu'il a commis. Il ne comprend pas à quoi elle fait allusion et se défend en lui expliquant que ses menaces de mort n'avait jamais été sérieuses, qu'il voulait simplement lui faire peur pour qu'elle prenne ses distances avec Karine et arrête d'importuner le groupe. Il a réalisé qu'il avait sous-estimé leur lien d'amitié et a décidé de s'avouer vaincu. S'il la suivait dans le parc, c'était parce qu'il voulait lui présenter des excuses, mais qu'elle ne le lui en a pas laissé l'occasion. Comme c'est facile d'affirmer cela quand on est attaché à l'arrière d'un van, sur le point d'être livré aux autorités, et qu'on est connu pour être un fin manipulateur du langage, Vicky n'en croit pas un mot. Elle lui parle alors de Mélanie (qui s'est réveillée de son coma et a confié que celui qui l'a poussée dans le fleuve a dit vouloir « faire un monde meilleur »), Albin est encore plus dérouté par cette nouvelle accusation, avant de doucement réaliser la vérité : lui et Vicky se sont tous les deux fait leurrer dans cette histoire ! Vicky finit par remarquer elle aussi que quelque chose cloche : Vinko ne se dirige pas vers le commissariat mais vers un pont ferroviaire...

Le bassiste traverse les rails et gare le van sur le côté. Il sort du véhicule et ouvre le coffre où Albin est prisonnier. Vicky le rejoint, les nerfs à vifs, et lui demande ce que diable il est en train de faire. Celui-ci lui attrape les mains et la ceinture dans le dos. Albin lui explique patiemment qu'au cas où elle ne l'aurait pas encore compris, Vinko est le véritable tueur, qu'il est coupable de la tentative de meurtre de Mélanie, et que leurs heures à tous les deux sont comptées. Vinko, sortant un grand couteau à viande de sa botte, avoue sans peine, et ajoute qu'il a l'habitude de pousser dans le fleuve les personnes qu'il juge mauvaises, le nombre de ses victimes s'élevant à 13 au total. Il prévoyait de tuer Vicky pour avoir victimisé Karine pendant des années et pour avoir saboté la carrière du groupe pour ses plaisirs égoïstes. Il n'avait pas prévu l'intervention d'Albin et est donc obligé de le supprimer aussi, tout en lui faisant porter le chapeau pour tous ses meurtres. Vicky est terrifiée. Elle donne un coup de genou dans les testicules de Vinko et profite de sa douleur pour fuir, mais il se relève très vite et lui assène un violent coup sur la tête qui lui fait perdre connaissance. Ligoté, Albin ne peut rien faire pour l'aider.

Il exprime plus de tristesse que de peur : il considérait Vinko comme un frère et se sent trahi. Vinko lui raconte que lors de l'incendie en classe de neiges, il avait eu la possibilité d'empêcher le drame, mais qu'il y a renoncé par lâcheté, les deux bourreaux l'ayant menacé de représailles s'il intervenait. Depuis, il s'est juré de débarrasser le monde des intimidateurs en les tuant. Albin est dégoûté par la manière dont il a perverti leur message et détourné leur lutte en croisade personnelle et meurtrière. Soutenant sans ciller le regard de son désormais ex-meilleur ami, Albin affirme haut et fort qu'il continue à croire que la musique peut changer le monde. Mais Vinko ne peut plus reculer, il doit désormais aller jusqu'au bout : il enfonce le couteau dans le ventre d'Albin, qui s'évanouit et commence à se vider de son sang, Vinko le laisse pour mort.

Alors que Vinko s'apprête à tuer Vicky, la police débarque, grâce aux efforts combinés de Karine, Jenny et Mélanie qui ont dénoué la vérité juste à temps. Albin est sauvé in extremis et emmené à l'hôpital. Avec un tel coup de pub, la carrière des Albinos risque de mieux se porter (ce qui n'est pas le cas de leur guitariste). Sur le brancard qui le conduit vers les urgences, il apprend par Karine qu'il doit la vie à Jenny, ce qui ne manque pas de l'étonner (en même temps, contrairement à Mélanie et Karine, elle a agi sans le faire exprès et n'a probablement pas compris en quoi elle a fait avancer l'affaire).

Un bonheur presque parfait[]

Albin est complètement détruit par les événements précédents. Il faut dire qu’il a découvert que son meilleur ami est un tueur en série qui élimine les gens qu’il juge trop mauvais pour être en vie, alors que lui voulait simplement dénoncer le phénomène de l’intimidation pacifiquement via sa musique.

Alors qu'il se remet doucement à l'hôpital, il reçoit la visite d'Anna, le Cas#3 de sa liste d'ex. Contrairement aux dix autres filles de cette liste, elle ne s'est jamais remise de leur rupture et ne peut l'oublier. Elle l'a espionné et a découvert l'existence de Karine, et peut-être celle des autres. Et ce qu'elle n'a pas appris par elle-même, elle l'arrache à Abin, profitant de sa faiblesse et de sa convalescence. Ayant trouvé une opportunité de le reconquérir, elle le menace de tout dévoiler à Karine s'il ne le fait pas lui-même, et viendra par après chez lui au moins une fois pour lui mettre la pression.

Mais Albin est bien trop perdu, entre son amour naissant pour Karine qu'il commence à réaliser et la trahison de Vinko, pour ne fusse qu'avoir

Albin sombrant dans sa dépression

l'énergie de prendre une décision. Il tombe en dépression et remet tout en question : les autres, le groupe, lui-même. Une fois sorti de l’hôpital, il n’est maintenant plus qu’une coquille vide qui erre en survêtements sales dans son appartement, qui n’a plus goût à rien et qui préfère dormir que de répéter sa musique. L’idée de signer avec un nouveau producteur ne le motive même pas (surtout que si le groupe a du succès, ce sera non pas pour leur talent mais pour la fascination morbide provoquée par l’histoire de tueur en série, et ça, Albin désapprouve). Le fait est que lui qui était si intelligent et qui croyait tout savoir, qui se croyait capable de « lire » les gens, n’avait pas vu la vraie nature de Vinko. Il en ressort qu’il ne sait plus qui il est, ni ce qu’il veut, et qu’il voit son ancienne personnalité comme un crétin moralisateur et naïf. Son look vestimentaire fait étrangement penser à l’ancienne Karine. Ce n’est pas tout : bien qu’il ne croit pas en l’amour (qu’il considère comme un concept galvaudé pour masquer l’égoïsme qui caractérise l’humain), il est tombé pour de bon amoureux de Karine, alors que celle-ci continue d'avoir des sentiments pour Dan. Ces deux dilemmes (son intégrité en temps qu'artiste Vs le buzz médiatique généré par Vinko ; et son amour pour Karine Vs son principe comme quoi l'amour n'existe pas) l'empêchent de progresser.

Karine le remplace d’une certaine manière en tant que leader et passe de simple choriste à chanteuse officielle. Elle rencontre le nouveau producteur avec Gary et Red, se met à écrire de nouveaux textes, et déniche Mégane, nouvelle élève dans l’école qu’elle fréquente, pour remplacer Vinko au poste de bassiste. La musique semble être devenue sa grande vocation, surtout que, même si elle a du mal à l'admettre, cela lui permet d'enfin surpasser Vicky et Jenny en popularité après toutes ces années à être dans leur ombre.  Elle prend soin d'Albin, lui apporte ses repas (cette situation étant le miroir de Duel de belles, où c’était Albin qui avait aidé une Karine déprimée à remonter la pente). Il réalise peu à peu à quel point cette fille est une perle qui méritait mieux que d'être considérée comme un agneau égaré à transformer pour se sentir l'âme d'un sauveur.

Albin finit par se dire guéri de sa dépression sans qu’il soit clairement établi comment, ou si le comportement attentionné de Karine y est pour quelque chose (il prétend avoir réglé le problème en se gavant d’anti-dépresseurs). Son retour ainsi que l’engagement de Mégane redonnent de l’espoir au groupe. Mais après une répétition, alors qu’Albin et Karine se câlinaient dans l’appartement de ce dernier, Anna frappe à la porte pour révéler à Karine la terrible vérité à propos des filles transformées. Karine est bouleversée par cette révélation et réalise à quel point Albin peut être manipulateur. Elle se rappelle comment il a joué pour semer la zizanie entre elle et Vicky et lui demande ce qu’il aurait manigancé d’autre dans son dos. Piteux, Albin lui avoue avoir deviné que le poème qu’elle lui avait soi-disant écrit provenait en réalité de Dan mais qu’il a feint de croire son mensonge pour lui faire lire en public et dégoûter Dan d’elle. C’en est trop, Karine quitte l’appartement en larmes et furieuse, remerciant Anna de lui avoir ouvert les yeux. Celle-ci tâche de garder un visage impassible et déclare avoir agit dans l'unique but de sauver Karine de cette « ordure » d'Albin. Mais une fois sa rivale partie furieuse et en larmes, elle change d'attitude. Heureuse de s'être enfin débarrassée d'elle et convaincue qu'Albin partage cet avis (alors que ce n'est clairement pas le cas : il se tient le visage dans les mains et semble sur le point de s'effondrer), elle se met à flirter et glisse ses mains sous sa chemise pour le peloter.

Ce qu'il s'est passé ensuite est laissé à l'interprétation du lecteur, mais le plus probable est qu'Albin ait repoussé Anna et lui ait demandé de disparaître de sa vie, avant d'aller se lamenter tout seul dans son coin et avoir une fois pour toutes la révélation qu'il aime Karine mais qu'il a tout gâché avec elle.

Lors du Sweet Sixteen de Vicky, Albin réapparaît, annonce à Karine qu’il a réalisé qu’il l’aimait et qu’elle est plus pour lui que seulement le Cas #12. Malgré sa manière plate de le dire, il est sincère. D’abord sceptique, elle finit par le croire. Cette réconciliation ne durera pas longtemps, car un texto inopiné et très maladroit du producteur incitera Karine à penser qu’Albin fait semblant d’être amoureux pour la convaincre de signer un contrat avec la maison de disque (alors qu'elle est la plus désireuse des deux de voir leur carrière décoller et qu'Albin, ayant bien remarqué qu'elle aimait jouer les stars, n'a nul besoin de la convaincre d'avantage, et surtout pas avec un argument aussi foireux). Ils se disputent à nouveau et mettent fin pour de bon à leur relation.

Finalement, ils signent tous. Albin et Karine sont donc obligés de se côtoyer pour le bien du groupe.

Ex, drague et rock'n'roll[]

Les Albinos enregistrent leur premier album et pour cela, le groupe loge dans un studio de la métropole. Cela implique, pour Karine et Mégane qui sont toujours à l’école secondaire, de suivre des cours avec un professeur privé entre deux répétitions. Le tube Un monde meilleur est en tête des charts et tout semble au beau fixe pour nos musiciens qui décident d’entrer en course pour le Prix Révélation, qui récompense les nouveaux artistes. Hélas, la réalité est bien plus rude : le producteur des Albinos les fait travailler à un rythme soutenu (d’autant plus que pour être éligibles pour le concours, ils doivent boucler l’enregistrement trois semaines plus tôt que prévu) et la cohabitation des membres du groupe révèle quelques tensions entre eux.

En particulier, la situation entre Karine et Albin est des plus tendues. Le guitariste tente d’ouvrir la discussion, ne fusse que dans l’intérêt du groupe, mais Karine se refuse à l’écouter et n’accepte de lui adresser la parole que pour lui dire ses quatre vérités quant à ses actes passés. En outre, ils réaliseront en cours de route que leurs objectifs professionnels ne concordent plus : Albin veut utiliser la musique pour faire passer un message engagé, celui des victimes d’intimidation qui refusent de se laisser faire ; Karine, quant à elle, a goûté à la célébrité et compte bien s’en resservir une part, surtout si par-dessus le marché cela lui permet de se délecter de la jalousie de Vicky et Jenny. Cette divergence d’opinions sera la source de nombreuses disputes, Karine reprochant à Albin de ne pas être assez combatif pour le concours, et Albin reprochant à Karine d’être assoiffée de gloire.

Quand un article de journal critique de manière plutôt salée la musique des Albinos mais qualifie néanmoins Karine et Mégane de « canons » (et donc, ne complimente que leur physique, pas leur talent), Karine est flattée et juge cela positif alors que les autres sont dégoûtés. Alors qu'ils se rendent au studio d’enregistrement, les Albinos font la connaissance des Underdogs, un autre groupe qui brigue le Prix Révélation. Leur leader, Xander, les salue par des railleries (identiques aux critiques de l'article mentionné plus haut). Toutefois, s’il est moqueur et désobligeant envers Albin et les autres, il avoue trouver Karine canon et la salue d’un baise-main, ce à quoi elle rougit. Il apparaît alors comme assez clair qu'elle est attirée par lui, mais surtout qu'elle savoure sa nouvelle popularité.

Lors de la fête de lancement de l'album, les questions des journalistes et des fans tournent toutes autour de Vinko, l'ex-bassiste tueur en série dont l'arrestation fut un sacré coup de pub. Ce qui agace tout le groupe, mais gêne particulièrement Albin qui ne se sent pas légitime en temps que musicien et aimerait plutôt se concentrer sur le message qu'ils veulent faire passer. Gary remarque son trouble quand il se précipite aux toilettes et le suit, tentant de le rassurer et lui proposant de fumer un pétard pour décompresser. Albin refuse, mais ce problème le travaille.

Plus tard, les Albinos sont invités à l’émission « Le buzz du moment », mais se font voler leur apparition au dernier moment par les Underdogs quand Xander parvient à créer un buzz médiatique en composant une chanson pour Alex Tremblay, son demi-frère joueur de hockey, décédé suite à un accident de la route provoqué par la drogue. Les profits de vente seront reversés à Stup-Stop, un organisme luttant contre la drogue.

Arrive le Muzifest (un festival de musique comme son nom l'indique). Karine est tellement sous pression qu'elle hurle sur tout le monde. Albin tente de lui faire comprendre que ne pas remporter le Prix Révélation n'est pas dramatique en soi, que l'important est le message, mais Karine, rongée d'ambition, veut à tout prix gagner et lui parle vertement, l'accusant d'être un prêcheur obsédé par ledit message, secondaire selon elle. Albin est partagé entre ses sentiments pour elle et le fait qu'elle tente de diriger à sa place le groupe qu'il a créé en perdant de vue la raison même de son existence. Il est de plus en plus convaincu qu'arrêter les frais serait la meilleure solution, actant presque la mort du groupe en même temps que celle de leur couple. Leur prestation lors du festival se révélera désastreuse, et après un savon passé par le producteur mécontent, Karine et Albin se disputent à nouveau, et cette fois elle n'hésite pas à le gifler. Effondrée, elle reste seule dehors dans la neige, et lui s'en va ruminer de son côté.

Le lendemain, on apprend que Xander a été arrêté en état d’ivresse au volant et en possession de drogue. L’image glorieuse des Underdogs est détruite et les Albinos regagnent le devant de la scène.

Quelque part entre ce moment et la scène climax de l'album, Albin sera contacté par Jenny qui a besoin de lui. Les événements intenses que celle-ci a vécu de son côté l'ont remise en question à propos de la façon dont elle traite les autres. Elle a compris qu'elle avait toujours été du côté des bourreaux et cherche à s'excuser auprès de ceux qu'elle a victimisés au cours de sa vie, en particulier auprès d'Hugo, un gentil garçon dont elle est amoureuse mais qu'elle a traité comme un chien parce qu'elle avait honte de son embonpoint. Jenny a côtoyé à plusieurs reprises les Albinos, et il semblerait que contrairement aux apparences, elle écoutait quand ils présentaient leur message et qu'elle ait fini par en saisir la finalité. Elle aimerait qu'Albin se serve de sa notoriété pour lui offrir du temps de parole en public afin qu'elle puisse se confesser devant tous. Albin est vraisemblablement extrêmement touché de voir une ancienne intimidatrice ayant réalisé son erreur et désireuse de faire amende honorable. Et sans doute troublé que la première à avoir compris son message soit celle que tous considèrent comme la dernière des débiles. De plus, il se souvient que c'est grâce à Jenny qu'il a survécu à Vinko. Il accepte avec joie d'accéder à sa requête.

Les Albinos remportent le Prix Révélation, une soirée est organisée dans le café La Face Cachée pour célébrer leur victoire. Albin envoie une invitation au fameux Hugo pour qu'il assiste à la confession de Jenny (sans doute au nom du groupe plutôt qu'au sien propre, puisqu'Hugo semble penser que cela vient de Karine).

Durant cette fête, Karine se délecte de sa victoire, signe des autographes, et prend plaisir à prouver à Vicky qu'elle l'a définitivement surpassée. Albin l’observe, sourire en coin, constatant qu'il a raison à propos de sa soif de gloire.

Après avoir rembarré Lara, une nouvelle amie de Vicky qui cherchait à lui mettre le grappin dessus car elle veut sortir avec une célébrité, Albin se saisit d'un micro à une petite tribune et entame un discours afin de chauffer le public pour la prestation de Jenny, avant d'inviter celle-ci à le rejoindre sur scène et lui céder le micro. Quand Hugo fend la foule pour aller embrasser tendrement Jenny sur scène, touché par ses excuses, Albin affiche un air de fierté presque paternelle : le cas de Jenny à lui seul prouve que son combat n'est pas vain.

Après le « Jenny show », Albin et Karine se réconcilient, chacun reconnaissant ses torts et s'excusant auprès de le l'autre (enfin...en quelque sorte, si on considère comme une bonne chose que Karine ne soit plus dérangée par les manipulations et qu'Albin accepte sa soif démesurée de gloire...). C'est alors que Xander débarque, saoul, et accuse Karine de l’avoir manipulé. Il révèle avoir passé la soirée avec elle après le Muzifest (donc, suite à sa dispute avec Albin), et qu'elle en aurait profité pour glisser de la drogue dans sa voiture avant de le dénoncer à la police. Il est rapidement maîtrisé et mis dehors. Les quelques témoins de cette scène semblent considérer que son accusation est une calomnie. Tous, à l’exception d’Albin, qui additionne 2 et 2 (Gary, qui a toujours un sachet d'herbe sur lui, avait justement refilé son manteau à Karine de peur qu'elle ne prenne froid) et qui réalise que Karine est bel et bien coupable (« L’élève a dépassé le maître. Puissance dix mille ! ») . Toutefois, il garde cela pour lui et Karine ne subira pas les conséquences de son acte dans ce tome.

À la fin de l'album, les Albinos sont prêts à débuter une tournée internationale. Albin déclare aux journalistes de façon élusive que le groupe a traversé de dures épreuves mais que chacun a réussi à en tirer parti. Karine sait à quoi il fait allusion et n'est pas fière de ce qu'elle a fait à Xander.

  1. Les Nombrils, tome 5 : Un couple d'enfer, p 32-34
  2. Devinez auquel des deux Vicky et Dan vont s’arrêter, trop contents d’avoir quelque chose contre lui ?
  3. Les Nombrils, tome 4 : Duel de belles, p 31
  4. Les Nombrils, tome 4 : Duel de belles, p 35
  5. Les Nombrils, tome 4 : Duel de belles, p 42
Advertisement